LE DIRECT
Peter Ustinov (dans le rôle d'Hercule Poirot) et David Niven dans le film de John Guillermin "Mort sur le Nil" (1978)

Christie, mine d'or pour les adaptateurs ? / Dans le Devon, sur les terres d'Agatha...

1h48

Ce 5e et dernier volet de cette Grande Traversée consacrée à la reine du crime propose une sélection d'archives qui témoigne de la façon dont son oeuvre a inspiré le cinéma et un documentaire qui se lance sur ses traces dans le Devon, territoire christien par excellence, au sud-ouest de l'Angleterre

Peter Ustinov (dans le rôle d'Hercule Poirot) et David Niven dans le film de John Guillermin "Mort sur le Nil" (1978)
Peter Ustinov (dans le rôle d'Hercule Poirot) et David Niven dans le film de John Guillermin "Mort sur le Nil" (1978) Crédits : EMI Films/Getty Images - Getty

Première partie : "World Wide Death : adapter Christie"

Un florilège d’archives de films et de pièces de théâtre qui retracent le foisonnement d’adaptations des romans d'Agatha Christie à travers le monde.

Agatha Christie : deux milliards de livres vendus à travers le monde – seule la Bible fait mieux paraît-il, autant que… Shakespeare. La comparaison avec celui-ci n’est pas anodine : l’hégémonique reine du crime n’est-elle pas à sa manière énigmatique une héritière du dramaturge élisabéthain ? Dans ses écrits tout d’abord, qui empruntent à la tragédie ses dangereux ingrédients, mais aussi dans sa vie, jalonnée de coups de théâtre, de séparations brutales et de grands sentiments. On oublie souvent que Dame Agatha est - aussi - l’auteure d’une vingtaine de pièces de théâtre au premier rang desquelles sa fameuse Souricière qui a eu les faveurs de France Culture, pour une adaptation radiophonique, dès 1971. Mais ce n'est que l'une des nombreuses archives que propose ce florilège, qui bien sûr n'oublie pas le 7e art, tant les personnages d'Hercule Poirot et de Miss Marple ont fait le bonheur des scénaristes et des réalisateurs de cinéma et de télévision sans discontinuer depuis les années 1960.

Seconde partie : Une murder party de campagne, un documentaire de Martin Quenehen et Julie Beressi

Agatha Christie voyait la capacité de tuer n’importe où. Bret Hawthorne

En compagnie de passionnés de l'œuvre d'Agatha Christie, spécialistes des lieux de l'écrivain, Martin Quenehen met ses pas dans ceux de l'écrivaine et part à la découverte de la face christienne du Devon...

Chez Agatha Christie, l'intrigue se déroule souvent à la campagne, dans le Devon. Qu’en est-il exactement de son rapport à ces paysages d'apparence si paisibles ?

Pour un Européen du nord, la campagne anglaise est d’une telle banalité qu’elle en devient presque inquiétante. Pour servir de cadre à des crimes, ce sont des endroits rêvés. Et puis il y a cette pluie, presque continuelle, les chemins de terre qui donnent au décor une dominante de gris-vert, de gris-beige, toute une gamme de bruns. Dès qu’il y a un écart de couleur vive, rouge ou jaune, c’est forcément une piste - une pièce de vêtement - ou une fausse piste ! Le Devon en particulier est un pays de bocages avec des collines, des prés, des haies. La haie joue un rôle important dans les romans d’Agatha Christie : on peut y espionner en paix... ou bien y trouver un cadavre parfois. Tout cela a un charme suranné parce que c’est une campagne que nous avons perdue. Michel Pastoureau

On a accusé Agatha Christie de ne situer ses romans que dans des maisons de campagne. Dans sa propre maison de Greenway, elle a pourtant seulement situé "Cinq petits cochons" (1942) et "Poirot joue le jeu" (1956)...

C’est faux bien entendu. Mais il est vrai que la plupart de ses décors sont issus de son expérience personnelle et qu'elle possédait deux maisons de campagne. Mais elle était aussi une grande voyageuse : elle a fait une croisière sur le Nil, et a passé de longs mois sur des sites archéologiques. Meurtres en Mésopotamie s’appuie sur ces souvenirs. Mais le décor n’était pas important pour elle. Mort sur le Nil a un splendide décor mais il aurait aussi bien pu s’appeler Tragédie sur la Tamise ou sur la Seine parce que rien dans l’intrigue ne se rapporte à l’Egypte. John Curran

Avec les témoignages de Jean, guide à Greenway House, la maison-musée d'Agatha Christie, John Curran, auteur de Les Carnets secrets d'Agatha Christie (Le Masque), Bret Hawthorne, auteur de Agatha Christie's Devon (Halsgrove) et Michel Pastoureau, historien.

En 1938, Agatha Christie acquiert Greenway House, une vaste maison de style géorgien située au sud-ouest de l'Angleterre
En 1938, Agatha Christie acquiert Greenway House, une vaste maison de style géorgien située au sud-ouest de l'Angleterre Crédits : Radio France

Ce documentaire a été diffusé pour la première fois le 23 août 2013.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......