LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
A Vienne en Autriche, une statue de Semmelweis avec un masque anti-coronavirus

1. Docteur Semmelweis : le mystère

58 min

Semmelweis aurait pu sauver des milliers de femmes décimées par la fièvre puerpérale. Pourquoi ne l’a-t-on pas cru lorsqu’il implorait que les médecins se lavent les mains ? Était-il fou ou visionnaire ? Historiens, médecins et artistes sondent le mystère Semmelweis.

A Vienne en Autriche, une statue de Semmelweis avec un masque anti-coronavirus
A Vienne en Autriche, une statue de Semmelweis avec un masque anti-coronavirus Crédits : Johann Schwarz / APA-PictureDesk / APA-PictureDesk via AFP - AFP

En 1847, dans le service d’obstétrique du grand hôpital général de Vienne, un jeune assistant hongrois âgé de 29 ans découvre la solution d’un problème auquel la science médicale est confrontée depuis plusieurs siècles.

Portrait d'Ignaz Semmelweis, probablement basé sur une aquarelle de 1857 d'Agost Canzi. Source : Sigerist, Henry E. (1965) Große Ärzte, München, Deutschland : JF Lehmans Verlag
Portrait d'Ignaz Semmelweis, probablement basé sur une aquarelle de 1857 d'Agost Canzi. Source : Sigerist, Henry E. (1965) Große Ärzte, München, Deutschland : JF Lehmans Verlag Crédits : Domaine public - Wikimedia Commons

À Paris, Londres, Berlin ou Vienne, les grandes maternités hospitalières sont assaillies par de violents épisodes de fièvre puerpérale. Des centaines de jeunes accouchées meurent d’infection sous le regard impuissant et résigné du personnel médical. Armé d’un esprit rigoureux et rationnel, Semmelweis trouve un moyen simple et efficace pour enrayer ce fléau : le lavage des mains à l’eau de javel. Les germes n’ont pas encore été identifiés. Semmelweis est donc un pionnier, le fondateur de l'asepsie et le découvreur d’une mesure prophylactique d’une saisissante actualité.

Illustration représentant Ignác Fülöp Semmelweis se lavant les mains dans de l'eau de chaux chlorée avant d'opérer
Illustration représentant Ignác Fülöp Semmelweis se lavant les mains dans de l'eau de chaux chlorée avant d'opérer Crédits : Bettmann - Getty

Les esprits n'étaient pas prêts. Dire que le médecin censé sauver les femmes allait leur transmettre lui-même la maladie, c'était quelque chose qu'on ne pouvait pas entendre. Scarlett Beauvalet, historienne

Malgré des résultats indiscutables, très peu de médecins reconnaissent la validité du lavage des mains. Une très large majorité de la communauté médicale ignore ou ridiculise une méthode qui nécessite de rompre avec les habitudes, de changer les comportements. Mais le corps médical rejette surtout l’hypothèse irrecevable qui en découle : ce sont les mains des médecins et leurs ustensiles souillés qui sèment la mort.

Capture d'écran de "1847, Semmelweis et l'asepsie" sur YouTube
Capture d'écran de "1847, Semmelweis et l'asepsie" sur YouTube Crédits : YouTube - Le blob, l’extra-média

Rejeté de son vivant, Semmelweis meurt en 1865, à l'âge de 47 ans. Il tombe très vite dans l’oubli, particulièrement en France, où Louis Pasteur est en passe de découvrir les germes responsables des maladies infectieuses. Aujourd’hui encore, la découverte de Semmelweis tout comme sa contribution à l'évolution de la science sont largement occultées par l’historiographie médicale française et son culte du héros national.

On a attribué à l’icône Louis-Pasteur des propos et des conclusions qui n'étaient pas les siennes mais qui étaient celles de Semmelweis. Pasteur n'a jamais abordé le problème des mains des obstétriciens. On a entretenu le mythe Pasteur, la statue du Commandeur. Jean-Marc Cavaillon, chercheur à l’Institut Pasteur

Statue de Louis Pasteur, érigée en 1901, à Arbois (Jura, France). Horace Daillion (sculpteur français, 1854-1937) et Georges Debrie (architecte français, 1856-1909)
Statue de Louis Pasteur, érigée en 1901, à Arbois (Jura, France). Horace Daillion (sculpteur français, 1854-1937) et Georges Debrie (architecte français, 1856-1909) Crédits : Domaine public - Wikimedia Commons - Arnaud 25

C’est pourtant en France que la figure de Semmelweis a été immortalisée. En 1924, Louis Destouches, alors jeune étudiant en médecine, décide de consacrer sa thèse à la vie et l'œuvre d'Ignaz Semmelweis. Avec une plume flamboyante, le futur Louis Ferdinand Céline dresse le portrait poignant d’un Semmelweis empathique et intuitif, victime de l’hostilité de ses pairs.

S'il n'y avait pas le texte de Céline, on ne regarderait pas Semmelweis de la même façon. C'est Céline qui a rendu Semmelweis vivant. Élisabeth Roudinesco, historienne de la psychanalyse

Thèse (1924) pour le doctorat en médecine de Louis-Ferdinand Destouches (Céline) qui portait sur la vie du Docteur Philippe Ignace Semmelweis
Thèse (1924) pour le doctorat en médecine de Louis-Ferdinand Destouches (Céline) qui portait sur la vie du Docteur Philippe Ignace Semmelweis Crédits : Domaine public - Wikimedia Commons - Bibliothèque d'Université de Paris

Lui seul se refuse au Destin et n’en n’est pas écrasé, mais il en souffre plus que tous les autres. Louis Ferdinand Céline, extrait de son ouvrage Semmelweis

Avec Céline, le mythe Semmelweis est né. Quatre ans après la parution de son célèbre Voyage au bout de la nuit, Céline publie sa thèse sous forme de livre. Semmelweis s’impose au fil du temps comme l’une des principales sources d’information en langue française sur le médecin hongrois. Or, quoique bien informée, la plume de Céline déborde la réalité, déforme et invente certains faits. Semmelweis devient un personnage tragique, un héros rejeté de tous, un martyr mort dans d’intolérables souffrances.

Céline jeune
Céline jeune Crédits : Collection François Gibault/Lucette Destouches

C'était un mythe qui se transmettait depuis la fin du 19ème siècle. Céline s'est emparé de ce mythe et en a fait sa propre version. David Labreure, directeur du musée La Maison d'Auguste Comte

Depuis plusieurs décennies, le temps semble enfin venu de porter un regard neuf sur Semmelweis. Médecins, chercheurs et philosophes des sciences reconstituent les grandes étapes de sa démarche scientifique, injustement réduite au seul lavage des mains. Biographes et artistes se penchent en profondeur sur l’homme, son environnement familial et culturel, sa personnalité complexe. 

Semmelweis est un cas important dans l'histoire de la médecine, parce qu'il était hors du consensus. C'est quelqu'un qui a eu un esprit scientifique d'une rationalité remarquable, à une époque où il était très difficile de faire valoir la raison. Andreas Bikfalvi, médecin chercheur 

J'étais très inspiré par David Lynch. Il fallait donc qu’il y ait une scène de cauchemar dans le film [...] Il y a une femme en train d’être disséquée qui éclate de rire. Puis on passe à un plan du cimetière de Vienne avec des corbeaux qui s’envolent. Pour moi, la présence de ces éléments empruntés au genre de l’horreur, du gothique, les cauchemars et la folie, c’était fondamental...

Capture d'écran du film "Semmelweis" (2001)
Capture d'écran du film "Semmelweis" (2001) Crédits : Jim Berry, cinéaste

Parce que l’histoire de Semmelweis, c’est aussi celle de sa mort, très jeune, dans un asile. Mon film débute par un plan séquence à travers une grille, il pleut. La caméra se rapproche, passe à travers les barreaux, la pluie tombe très fort. Et le film commence. Jim Berry, cinéaste

On aurait pu s'orienter vers quelque chose de très dramatique, mais on a finalement opté pour quelque chose de plus intérieur, comme si on pénétrait à l’intérieur d’une conscience, dans la tête d’Ignaz Semmelweis. Ray Lustig, compositeur

Intervenants

  • René Frydman, obstétricien, gynécologue des hôpitaux de Paris et professeur des universités 
  • Élisabeth Roudinesco,  universitaire, historienne et psychanalyste
  • Johann Chapoutot, historien spécialiste d'histoire contemporaine
  • Clara Royer, universitaire et auteure, maître de conférences HDR à l’université Paris-Sorbonne. Spécialiste des cultures d’Europe centrale
  • Yves Buin, psychiatre et écrivain
  • Ted Obenchain, neurochirurgien américain et biographe de Semmelweis
  • Nathalie Sage Pranchère, diplomée de l'École des Chartes, archiviste paléographe (prom. 2006), chargée de recherche au CNRS
  • Scarlett Beauvalet, historienne, professeure à l'université de Picardie, spécialiste d'histoire sociale 
  • Dana Tulodziecki, professeur agrégée à la faculté de philosophie (Purdue university, West Lafayette, comté de Tippecanoe, États-Unis)
  • David Labreure, docteur en lettres modernes et directeur du musée et du centre de documentation La Maison d'Auguste Comte (Paris, 6ème)
  • Jim Berry, réalisateur américain
  • Andreas Bikfalvi, médecin chercheur, spécialiste du vaisseau sanguin, professeur à l'université de Bordeaux
  • Miklos de Zamaroczy, chercheur en microbiologie
  • Jean-Marc Cavaillon, professeur honoraire à l'Institut Pasteur 
  • Ray Lustig, compositeur

Traduction : Lou Héliot

Une série documentaire de Christine Lecerf, réalisée par Anne Perez-Franchini. Prise de son, Yann Fressy, Thibault Naschimbene, Frédéric Cayrou, Valérie Lavallart. Mixage, Claude Niort. Documentation, Maria Contreras, Annelise Signoret et Antoine Vuilloz. Archives INA, Véronique Jolivet. Page web, Sylvia Favre.

Lus et diffusés dans l'épisode

Textes (extraits) : 

  • Semmelweis, Louis Ferdinand Céline (Gallimard, 2014. Collection L'imaginaire, n° 406. Précédemment, 1999. Semmelweis : 1818-1865, collection Blanche, 1952. Édition abrégée de la thèse de médecine de Céline en 1924. Cette version n'est plus commercialisée)
  • Le Livre d’heures, Rainer Maria Rilke (Le Cri, 2005. Précédemment, 2001, 1989. Version intégrale bilingue français-allemand)

Lecture de textes : Stanislas de la Tousche, Laurent Manzoni, Romain Lemire, Maxime Le Gall, Andrea Schieffer.

Film (extraits) : Semmelweis, un film de Jim Berry (Film du Belvédère-Films Jeunes Alliés, 2001, 20 mn)

Opéra (extraits) : Semmelweis, du compositeur Ray Lustig, livret de Matthew Doherty (2018, 75 mn)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Bibliographie

Pour aller plus loin

  • The surprising history of hand-washing, un documentaire de la BBC à propos du travail visionnaire de Semmelweis (15.05.2020) :
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

  • Semmelweis200.hu, site consacré au médecin hongrois à l'occasion du bicentenaire de sa naissance
Semmelweis200.hu, site consacré au médecin hongrois à l'occasion du bicentenaire de sa naissance
Semmelweis200.hu, site consacré au médecin hongrois à l'occasion du bicentenaire de sa naissance Crédits : Semmelweis200.hu
  • La main qui soigne, la main qui tue, un entretien du Pr Didier Pittet Médecin-chef, service Prévention et Contrôle de l'Infection Hôpitaux Universitaires de Genève, à voir sur Youtube :
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......