LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Francois Mitterrand pour les 10 ans de "Sos Racisme" le 13 décembre 1994

5. Génération Mitterrand : la culture comme citoyenneté ?

59 min

Retour sur mandats Mitterrand au prisme de sa politique culturelle. Une politique qui élargit le sens du mot culture, aux formes d’expressions artistiques jusque-là méprisées, mais aussi à la culture comme affirmation des identités multiples. De la à créer une véritable génération Mitterrand ?

Francois Mitterrand pour les 10 ans de "Sos Racisme" le 13 décembre 1994
Francois Mitterrand pour les 10 ans de "Sos Racisme" le 13 décembre 1994 Crédits : Georges MERILLON/Gamma-Rapho - Getty

Une série documentaire produite par Raphaël Bourgois réalisée par Somany Na

Quand François Mitterrand arrive au pouvoir, il se présente comme un homme cultivé, il se dit vouloir être perçu comme un homme de lettres avant d’être perçu comme un homme politique. Il est donc l’homme idéal pour porter la politique culturelle ambitieuse que projetait de mettre en place le parti socialiste.

François Mitterrand inaugure la Pyramide du Louvre en 1989
François Mitterrand inaugure la Pyramide du Louvre en 1989 Crédits : William STEVENS/Gamma-Rapho - Getty

Avec son ministre Jack Lang, il double le budget de la culture, fait la loi sur le prix unique du livre, lance une politique des grands travaux, ouvre la culture aux arts populaires, célèbre la première fête de la musique en France... C’est un vent de liberté qu’il veut promouvoir, dans la lignée des aspirations de mai 68 qu’il s’agit de concrétiser. Sous son premier septennat, les ondes se libèrent, les premières marches de fiertés apparaissent, la première Marche pour l’égalité et contre le racisme aussi... Dans son sillage, SOS Racisme est créé.

La Marche pour l'Égalité et contre le Racisme est de passage en Alsace
La Marche pour l'Égalité et contre le Racisme est de passage en Alsace Crédits : MUSCAT/Gamma-Rapho - Getty

François Mitterrand accompagne ces transformations. Lors de sa campagne pour les élections de 1988, il s’adresse aux jeunes, s’appuie sur le slogan de la génération Mitterrand, une nouvelle génération pour une vision multiculturelle de la France.

Seulement, même sur le plan du rapport à la culture, François Mitterrand n’est pas exempt d'ambiguïté. Son discours sur la culture et la société française va ainsi se transformer à la fin des années 1980. Le déclin du marxisme, l'échec du projet de rupture avec le capitalisme et l'essoufflement des idées vont mener plusieurs courants politiques à se recentrer sur un nouveau discours républicain.

La chanteuse américaine Jessye Norman chante la Marseillaise pour le bicentenaire de la révolution
La chanteuse américaine Jessye Norman chante la Marseillaise pour le bicentenaire de la révolution Crédits : Yves Forestier/Sygma - Getty

En 1989, la France fête le bicentenaire de la révolution, le monde entier a les yeux rivés sur la France et sur la manière dont elle célébrera l’événement. Alors, l’heure n’est plus au multiculturalisme, mais à la promotion d’une unité française, celle d’une République une et indivisible,

C’est dans ce rôle que François Mitterrand va se révéler le meilleur. Évidemment, parce que le discours républicain, lui qui est né sous la troisième, éduqué dans l'amour de la République et de la France, apparaît comme un discours qu'il connaît par cœur et sur lequel il est particulièrement à l'aise. (Vincent Martigny)

Dès ce moment François Mitterrand va faire l’apologie d’une certaine unité française dans un contexte où les sphères médiatiques et politiques, de droite comme de gauche, se déchirent sur des questions d’éducation et d’islam. Avec l’affaire du voile, à Creil en 1989, la décennie se termine  sur des débats dont l'écho se fait toujours entendre.

Les espoirs qui étaient ceux de cette génération étaient grands, instruits maintenant par l'expérience et par quarante ans d'exercice du pouvoir, notamment par la gauche et par les échecs. Force est de constater que le combat antiraciste de ces générations se heurte, quarante ans plus tard, à l'imminence d'une prise du pouvoir par l'extrême droite, aujourd'hui. Nous n'avons pas apporté assez de soin à la question de l'égalité. (Benoît Hamon)

Prise de son : Lucas Derode, Frédéric Cayrou, Yves Lehors, Olivia Branger et Philip Merscher

Archives INA : Clary Monaque et Manuela Dubessy

Mixage : Eric Boisset

Textes lus : "La"Bof" Génération" dans le Nouvel Observateur, 1978

Un grand merci à François Hourmant

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......