LE DIRECT

Grande traversée La longue marche du Dalaï-Lama

Par Michel Pomarède
du lundi 21 au vendredi 25 juillet de 9h09 à 11h

Des archives occidentales et chinoises, des témoignages, des lectures de poèmes, et les commentaires d’un tibétologue pour éclairer les multiples vies du Dalaï-Lama.

Lhamo Dondrub nait en 1935 au nord du Tibet. Ce n’est pas un enfant comme les autres, sa vie bascule quand il a 2 ans : il est reconnu comme la réincarnation du XIIIème dalaï-lama décédé en 1933. Il prend alors le nom de Tenzin Gyatso et devient le XIVème dalaï-lama. Il va dès lors vivre comme le chef religieux et temporel des Tibétains jusqu’à ce que son destin bascule à nouveau. En 1959, il doit fuir son pays occupé depuis 1950 par les forces chinoises venues « libérer pacifiquement » le Tibet de l’impérialisme. C’est le début de sa longue marche.

Le dalaï-lama entame alors une nouvelle vie, celle d’un dirigeant sans Etat. Réfugié dans le nord de l’Inde, à Dharamsala, il fonde le gouvernement tibétain en exil. Quelques dizaines de milliers de Tibétains quittent « le pays des neiges » sur ses traces pour fonder une diaspora en Inde mais aussi en Europe ou aux Etats-Unis. Aujourd’hui, on estime leur nombre à 150 000. Restent cependant au Tibet la grande majorité de son peuple : quelque 6 millions soumis à la répression chinoise.

Face à l’adversité, le dalaï-lama apprend vite la diplomatie et les ficelles de la politique internationale. Dès la fin des années 70, il aborde une nouvelle étape de sa longue marche planétaire : il prêche - comme son modèle Gandhi - la non-violence. Et cela paye : il reçoit le prix Nobel de la paix en 1989 .

Sa personnalité, son charisme et son humour - son arme favorite face à la tragédie de son peuple - font merveille : il transforme le Tibet en produit marketing à la mode dont les cinéastes hollywoodiens s’emparent. Quitte à transformer la capitale tibétaine Lhassa en une mythique Shangri-La et de faire de la vie d’avant les Chinois un paradis perdu au mépris de la réalité féodale et violente du pays.

La renommée du dalaï-lama n’a évidemment pas les mêmes échos à Pékin, même depuis sa proposition de 1988 : renoncer à l’indépendance au profit d’une autonomie réelle au sein de la République Populaire de Chine. Une décision pragmatique qui divise encore aujourd’hui la diaspora tibétaine en exil.

Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt : le sort du dalaï-lama ne doit pas masquer ce qui se passe à l’intérieur de son pays. Sur place, la situation n’a guère changé malgré les ouvertures initiées par le modéré chinois Hu Yaobang au début des années 80. A la fin de ces mêmes années, le cycle arrestations, manifestations, répression embrase la capitale tibétaine Lhassa. 20 ans plus tard, en 2008, le feu contestataire s’étend à l’ensemble des provinces. Moines, étudiants, passants : beaucoup s’en prennent aux édifices chinois. Pire, depuis 2009, 129 tibétains – décompte mai 2014 - ont eu recours à une nouvelle forme de protestation : l’immolation pour alerter le monde sur leur sort. Il faut dire que depuis 2006, la sinisation du Tibet, s’est encore accélérée avec l’arrivée en gare de Lhassa du train qui part de Pékin 3 jours plus tôt pour parcourir 4500 km. A son bord : fonctionnaires, commerçants mais aussi touristes attirés par ce nouveau « far west ».

Face à la brutalité chinoise et au lâchage des gouvernements occidentaux, le dalaï- lama est resté fidèle à son credo personnel : celui de la compassion qui doit s’étendre « même aux ennemis ». Cela lui vaut des invitations dans des salles combles devant des publics conquis dans le monde entier. Des publics fascinés et parfois interloqués par certaines de ses prises de position. Ainsi dès 1990 participe-t-il au sein de l’Institut californien Mind and Life ( créé par un homme d’affaires et un neurologue versés dans le bouddhisme) à des expériences qui étudient les modifications des états mentaux et émotionnels grâce la méditation.D’autres grands lamas l’ont suivi sur ce chemin expérimental. « Si je n’avais pas été moine, j’aurais été ingénieur » se plait-il à rappeler, poussant loin les limites de la spiritualité dans un flirt poussé avec les sciences .

En 2011, le dalaï-lama entame peut-être une nouvelle et dernière vie. Il annonce sa retraite politique. Désormais un premier ministre élu par la diaspora tibétaine dirige le gouvernement en exil. Lui se consacre à la vie spirituelle, conscient de ses limites et de son âge. Sera-t-il le dernier de la lignée ? Y aura t-il un XV ème dalaï-lama ? Comment remplacer cette figure inclassable ?

Tour à tour et parfois en même temps moine tibétain gourou spirituel courtisé par le cinéma, icône médiatique, auteur à succès de livres de vulgarisation du bouddhisme, censés donner les clés du bonheur, homme d’état pacifiste, le dalaï-lama a eu de multiples vies, comme s’il avait eu différentes identités. Essayer de les éclairer est l’enjeu de cette série d’émissions où le peuple tibétain se raconte également dans ses espoirs, ses doutes et parfois ses interrogations.

Chaque jour aussi, l’analyse, le décryptage et les commentaires d’un spécialiste du Tibet aideront l’auditeur à se saisir de ce portrait complexe, vivant , émouvant. Pour ressentir et comprendre la longue marche du dalaï-lama.

Site officiel du dalai lama

Site des partisans tibétains de l’indépendance

Site de l’écrivain tibétain Jamyang Norbu

Site de la poétesse tibétaine Tsering Woeser

Portail sur la culture tibétaine

Chronologie de l'histoire du Tibet

Rapport du Sénat - Mars 2012

En partenariat avec :

Courrier International
Courrier International
Courrier International
Courrier International

TOUTES LES DIFFUSIONS

Grande traversée La longue marche du Dalaï-Lama (5/5) : 2008-2014 : XIVe Dalaï-lama et dernier de la lignée ?
1h48
SÉRIEGrande traversée La longue marche du Dalaï-Lama
LE 25/07/2014

Focus sur le bilan politique du Dalaï-lama.

Grande traversée La longue marche du Dalaï-Lama (4/5) : 1989-2008 : l’icône médiatico-spirituelle
1h48
SÉRIEGrande traversée La longue marche du Dalaï-Lama
LE 24/07/2014

Retour sur la fascination de l'Occident pour le Dalaï-lama, et sur la success-story du bouddhisme tibétain en France.

Grande traversée La longue marche du Dalaï-Lama (3/5) : 1979-1989 : le champion de la non-violence
1h49
SÉRIEGrande traversée La longue marche du Dalaï-Lama
LE 23/07/2014

Gros plan sur les décisions prises par le Dalaï-lama sur la scène internationale, avec notamment le choix de l'autonomie au sein de la République Populaire...

Grande traversée La longue marche du Dalaï-Lama (2/5) : 1959-1979 : l’élève tibétain face au maître indien
1h48
SÉRIEGrande traversée La longue marche du Dalaï-Lama
LE 22/07/2014

Il est ici question des rapports entre le Dalaï-lama et le Premier ministre indien Nehru.

Grande traversée La longue marche du Dalaï-Lama (1/5) : 1935-1959 :  un enfant tibétain pas comme les autres
1h49
SÉRIEGrande traversée La longue marche du Dalaï-Lama
LE 21/07/2014

On ne naît pas dalaï-lama, on le devient. Certes Tenzin Gatzo – l’actuel dalaï-lama – né en 1935 a été reconnu deux ans plus tard comme la réincarnation...

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.