LE DIRECT
Au 10 Downing Street, Margaret Thatcher et le président américain Ronald Reagan semblent partager le même humour (1984).

"La société n’existe pas" disait-elle

1h49

Episode écrit en plein confinement et détresse hospitalière. Avec les voix d’anciens ministres et opposants de Margaret Thatcher qui se souviennent de ce tournant des années 1980, où l’Etat providence a été combattu de l’intérieur.

Au 10 Downing Street, Margaret Thatcher et le président américain Ronald Reagan semblent partager le même humour (1984).
Au 10 Downing Street, Margaret Thatcher et le président américain Ronald Reagan semblent partager le même humour (1984). Crédits : Hulton Archive - Getty

Les archives gouvernementales de l’époque laissent voir une forte influence des think tanks néo-libéraux  au 10 Downing Street.  Ils ont l’oreille attentive de Margaret Thatcher,  lui suggèrent un système d’assurance santé privée à l’américaine et donc un démantèlement du National Health véritable ciment du pays. Kenneth Clarke, deux fois son ministre de la santé, nous raconte ses conflits avec cette femme autoritaire. Son propre gouvernement la freine. 

Mais la dérégulation économique s’installe, incarnée en Grande-Bretagne par Margaret Thatcher et aux Etats-Unis par Ronald Reagan. 

L’écrivain David Lodge décrit la nouvelle culture du management jusque dans les universités. Neil Kinnock alors leader du parti travailliste revient sur les fractures profondes qui s’installent dans la société. « La société n’existe pas » déclare Margaret Thatcher. 

Elle s’offre une victoire militaire en reprenant les Malouines aux Argentins. Son autorité  nourrit autant le ressentiment que sa popularité.  Une chanson d’Elvis Costello réclame sa mort. L’IRA pose une bombe dans l‘hôtel de Brighton où elle est descendue. 

La société britannique implose. 

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......