LE DIRECT
Hakim Kasmi travaille depuis dix ans pour la rédaction de France Culture. Il est l'un de ceux qui se sont confiés à notre micro

Imagine mon handicap

5 min
À retrouver dans l'émission

#imaginemonhandicap |En France, l'intégration des personnes handicapées dans le monde du travail progresse lentement et 500 000 d'entre elles sont au chômage. Pourtant, les portraits que nous dressons ici forcent l'admiration. Cinq témoignages en accessibilité LSF et vélotypie réalisée dans les conditions du direct.

Hakim Kasmi travaille depuis dix ans pour la rédaction de France Culture. Il est l'un de ceux qui se sont confiés à notre micro
Hakim Kasmi travaille depuis dix ans pour la rédaction de France Culture. Il est l'un de ceux qui se sont confiés à notre micro Crédits : Tara Schlegel - Radio France

L'emploi des personnes en situation de handicap progresse trop lentement en France. Trouver un travail est - pour cette frange de la population - deux fois plus difficile que pour une personne valide. Leur taux de chômage dépasse les 18%, et, malgré une loi contraignante qui a déjà trente ans, la situation progresse très lentement. 

La législation de 1987 oblige les employeurs, sous peine d'amende, à embaucher 6% de personnes handicapées, mais les statistiques sont édifiantes. Dans le secteur privé, la part de salariés handicapés est passée de 3% en 2011 à 3,3% en 2014. On est à mi-chemin. 

La fonction publique fait un peu mieux avec un taux qui est passé de 4,22% à 5,32% entre 2011 et 2016. Dans le cadre de la semaine pour l'emploi des personnes handicapées, plusieurs ministères ont signé une convention pluriannuelle pour favoriser l'accès au marché du travail. 

Il faut rappeler qu'il reste encore un demi-million de personnes en situation de handicap inscrites chez Pôle Emploi. Pourtant, quand elles ont trouvé le chemin du travail, les personnes handicapées ont des parcours souvent remarquables. Voici cinq témoignages en accessibilité LSF et vélotypie réalisée dans les conditions du direct grâce à Jérémie Boroy d’adit&co. Une enquête de Tara Schlegel, avec le concours d'Eric Chaverou.

Hakim Kasmi, grand reporter à Radio France

De la Chine, à la Jordanie, de l'Argentine à l'Afrique du Sud, Hakim Kasmi a parcouru des dizaines de pays. Non voyant depuis sa naissance, il a réussi à devenir journaliste et à travailler pour la radio, qui est sa passion. Hakim travaille depuis dix ans pour la rédaction de France Culture.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

J'insiste sur ce terme de grand reporter, car c'est aussi beaucoup une fierté par rapport à mon handicap. Car quand j'étais plus jeune, on m'a très souvent découragé de faire ce métier, en me disant que comme je ne voyais pas je ne serais jamais journaliste. Et grand reporter, encore moins. Donc, je pense aussi que cela peut donner des idées, aussi bien aux employeurs qu'à de jeunes étudiants.

Fabienne Haustant, danseuse professionnelle

Crédits : Tara Schlegel - Radio France

Chorégraphe et professeure de danse, Fabienne a fondé l'association "danse les yeux fermés" en 2012. Atteinte d'une rétinite pigmentaire depuis qu'elle est toute petite, Fabienne n'a cessé de vouloir conduire les autres vers son art. Elle arpente Paris et sa banlieue avec son chien guide pour donner ses cours et se produire sur scène.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Je danse depuis que je suis toute petite. J'ai toujours aimé la danse, j'adore la musique et j'ai remarqué qu'en fait la danse me servait beaucoup par rapport à mon handicap. (...) Je suis contre parquer les gens. Je ne supporte pas. Rien que d'y penser, cela me hérisse les poils. Parce que je pense qu'il est bon d'aller avec les autres. Rester tout seul ou entre handicapés, cela n'amène jamais rien.

Julie Dachez, docteure en psychologie sociale et auteur

Capture d'écran
Capture d'écran Crédits : Radio France

A 32 ans, Julie Dachez tient le blog Emoiemoietmoi dans lequel raconte sa vie d'Aspergirl avec humour et brio. Elle a aussi écrit d'une bande dessinée où elle raconte sa vie avant son diagnostic (d'autiste Asperger) et après cette découverte qui a littéralement transformé son existence. Julie a validé en décembre dernier sa thèse en psychologie sociale et cherche un poste d'enseignante-chercheuse. Depuis qu'elle a mis un nom sur sa différence invisible, Julie se bat pour que la société s'adapte enfin.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

On se dit : un diagnostic d'autisme est hyper stigmatisant. Et dans ma BD, je raconte bien que cela a été libérateur pour moi. Parce que cela m'a permis de mettre enfin un mot sur ma différence et de comprendre que je n'étais pas folle. J'avais atteint un point de non retour, je pense. Car à 27 ans, soit j'obtenais des réponses à mes questions, soit je mettais fin à mes jours, clairement. C'est vrai que le suicide est une question très très importante dans la communauté des autistes. Une question vraiment cruciale sur laquelle il est temps que les pouvoirs publics agissent.

Olivier Jeannel, entrepreneur, créateur de l'application RogerVoice

Crédits : Tara Schlegel - Radio France

Après des études à Berkeley et Sciences-Po, Olivier Jeannel se destinait à la diplomatie. Mais il a bifurqué vers le monde des nouvelles technologies. Sourd profond depuis l'âge de deux ans, il fonde en 2014 une start-up baptisée RogerVoice qui a pour vocation d'offrir aux personnes sourdes la possibilité de téléphoner. L'application est gratuite entre particuliers, payante pour les entreprises : elle permet grâce à un logiciel de reconnaissance vocale, de transcrire les conversations sur l'écran du smartphone. Olivier emploie 10 salariés dont une moitié de personnes en situation de handicap. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Je vis dans un monde sonore impressionniste. Ce n'est pas très net. Mais chaque personne gère différemment sa surdité. C'est compliqué. Ce n'est pas comme porter des lunettes de vue qui améliorent les problèmes de vue. Surtout une surdité profonde. Aux Etats-Unis, on demande s'il y a des besoins spéciaux. Poser la question, c'est normal. Normal de demander à être pris en considération pour être au mieux de soi même dans son travail. En France, on voit les missions handicap qui commencent à se développer et cela fait plaisir à voir. 

Cédric Lorant, ingénieur chez EDF 

Cédric a appris tout petit à lire sur les lèvres et parle remarquablement bien malgré sa surdité profonde. Il s'est toujours battu pour que la population sourde soit mieux intégrée et il a longtemps présidé l'Unisda, l'Union nationale pour l’Insertion Sociale du Déficient Auditif. Après un parcours scolaire sans faute, à Rennes, il intègre une école d'ingénieur avant d'opter pour la filière nucléaire. Son arrivée dans le monde universitaire a été pour lui un choc. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pendant les six premiers mois d'école d'ingénieurs, j'étais à la limite de décrocher. Et ce qui m'a permis de rattraper l'année c'est d'avoir rencontré un autre étudiant sourd qui était en 4e année. Il m'a rassuré, m'a dit oui, c'est difficile, mais pourquoi tu ne pourrais pas utiliser un système de micro HF que tu pourrais faire porter au professeur. Cela permettrait une récupération et écoute meilleures. Les profs ont accepté. Ce qui n'était pas évident pour eux.

Quelques statistiques pour montrer le chemin à parcourir 

Combien y a-t-il de personnes handicapées en France ? Aucune étude récente ne donne ce chiffre. 

On sait qu'il y a 1 089 844 bénéficiaires de l'Allocation Adultes Handicapés - réservée, en général, aux personnes qui ne peuvent pas travailler en raison de leur handicap. 

En ce qui concerne le monde du travail, d'après une étude de l'Insee - qui date de 2007 - 1,8 million de personnes de 15 à 64 ans ont une "reconnaissance administrative du handicap" qui devrait leur garantir un emploi, grâce à la loi de 1987. Or il n'y a en France qu'environ 1 million de personnes handicapées qui travaillent. 

En ajoutant les personnes qui déclarent avoir un problème de santé depuis au moins six mois et celle qui ont eu un accident du travail dans l'année - si l'on élargit donc la définition que l'on donne de la population handicapée - leur nombre s'élève à 9,6 millions de personnes, toujours selon l'Insee. 

Les personnes malvoyantes : d'après la Fédération des aveugles de France, près de 1,7 million de personnes sont atteintes d’un trouble de la vision. 207 000  sont aveugles et ne perçoivent pas la lumière ou sont malvoyants profonds, leur vision se limite à des silhouettes. 932 000 sont considérés comme malvoyants moyens : ces personnes distinguent un visage à 4 mètres, mais la lecture leur est impossible. On estime que la moitié des personnes déficientes visuelles sont au chômage. 

Les personnes souffrant de trouble autistique : d'après des associations comme Autisme France ou Spectredel'autisme.com, le nombre des personnes autistes est très forte en augmentation aux USA notamment : une progression du taux de prévalence de 78% entre 2002 et 2008. Elles seraient 1 naissance sur 88 aux Etats-Unis. Au Canada, 1 sur 94.

En France, on parle d'une naissance sur 100 touchée par un TSA (Trouble du Spectre de l'Autisme), ce qui veut dire que 650 000 personnes vivent avec un trouble autistique. Trois fois plus de garçons sont diagnostiqués. Environ la moitié des personnes touchées par l'autisme présentent aussi une déficience intellectuelle (avec un Q.I. inférieur à 70).

Les personnes sourdes et mal-entendantes : comme toujours les chiffres varient beaucoup. Selon la Fédération nationale des personnes sourdes Un bébé sur 1 000 est né sourd, ce qui représente dans la population 300 000 personnes sourdes. Un tiers d'entre elles sont inactives du fait à la restriction d’accès à l’emploi et aux loisirs. 

D'autres sources, données par une étude de 2011 (Advention), parlent de 500 000 personnes sourds profonds qui ont absolument besoin d'une aide visuelle pour entendre, même appareillés (lecture labiale, écriture, langue parlée complétée -par des signes - ou Langue des Signes)  Parmi elles,  80 000 personnes privilégient la Langue des Signes. Et si l'on élargit à tous les individus ayant une défiance auditive, le chiffre grimpe en France à plus de 4 millions de personnes. Là encore, les statistiques sont très imprécises ... 

Vos réactions sur les réseaux sociaux

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......