LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'entreprise de contreplaqué Plysorol à Lisieux a été vendue à un chinois avant d’être mise en liquidation judiciaire en 2012

La mondialisation, mon travail et moi

4 min
À retrouver dans l'émission

La mondialisation est un phénomène avec lequel on vit, parfois sans s'en rendre compte. Elle a aussi des conséquences très concrètes dans le travail de chacun, qu'elle en ait causé la perte, ou qu'elle en soit la matière même. Témoignages. Un dossier d'Anne-Laure Chouin.

L'entreprise de contreplaqué Plysorol à Lisieux a été vendue à un chinois avant d’être mise en liquidation judiciaire en 2012
L'entreprise de contreplaqué Plysorol à Lisieux a été vendue à un chinois avant d’être mise en liquidation judiciaire en 2012 Crédits : Jean Yves DESFOUX - Maxppp

Quelles conséquences concrètes la mondialisation a t-elle amenées dans nos vies ? Et notamment dans nos vies au travail ? Les témoignages divergent selon qu'on en soit les gagnants ou les perdants. Car l’avènement de ce "marché mondial" a fait des victimes. Difficile de le nier aujourd'hui. Des victimes qui n'auraient jamais pensé devoir la perte de leur emploi à cette tectonique complexe des marchés à laquelle beaucoup ne comprennent rien, encore aujourd'hui. C'est le cas d'Edith et de Jacqueline, qui ont travaillé plus de 30 ans dans la même usine de Lisieux, Plysorol, avant de perdre leur emploi.

"Jamais je n'aurais pensé qu'on serait racheté par des Chinois"

Avant de s'appeler Plysorol, cette entreprise leader de la fabrication de contreplaqué s'appelait Leroy. Rachetée par Pinault, puis par l'Allemand Glunz, puis par un groupe portugais, auquel a succédé le Chinois Guohua Zhang, et enfin par un Libanais. L'usine a employé plus de 1 000 personnes sur ses différents sites. En 2008, au moment des premières difficultés, le site de Lisieux fait travailler 250 personnes. Le 6 septembre 2012, le tribunal de commerce de Lisieux prononce la liquidation judiciaire de Plysorol. Aujourd'hui le site est à l'abandon, en voie de dépollution.

Edith Maunoury , entrée dans l'usine à 16 ans, en a été licenciée à 54 ans.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Tout ceux qui étaient influents dans la région, on a été les voir. Bien des fois on nous disait : faut pas faire de vagues, faut pas faire de conflit avec les Chinois. A ce moment là on s'est bien rendu compte que l'usine Plysorol, c'était rien, que tout ce qui comptait c'était de conserver des bons rapports avec les Chinois

"Les trois quarts de mes collègues n'ont pas retrouvé de travail"

Ces rachats en cascade de leur usine, qui ont fini en Plan de Sauvegarde de l'Emploi (PSE) - c'est ainsi qu'on appelle désormais les plans sociaux - ont laissé un souvenir amer à Edith et Jacqueline malgré la découverte, pendant les deniers mois, d'un collectif de lutte. Après ça, elle a dû "rebondir"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

J'ai fait toutes les formations que j'ai pu trouver. Je suis dans un centre d'appel à Lisieux, depuis quatre ans et demi. Ce n'est pas du tout le même salaire. Là, je suis payée au SMIC. J'ai un collègue qui est dans la rue. J'en ai d'autres qui se contentent du RSA. Finalement je regrette d'avoir passé 35 ans dans la même entreprise.

"On ne peut pas tourner la page"

Jacqueline est la belle-sœur d'Edith. Quand elle est entrée, à 21 ans à Plysorol, le site employait souvent plusieurs membres d'une même famille. Quand l'usine a fermé, ce sont des familles entières qui ont donc souffert : maris et femmes, frères et sœurs, parents et enfants.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

On n'oublie pas ce qui s'est passé, mais on évite d'en parler. Parce que ça fait mal. Moi personnellement je ne l'ai pas bien vécu.

Pour en savoir plus sur les anciens de Plysorol, c'est là.

Connaissez vous le FEM ? Le Fonds Européen d''ajustement à la Mondialisation.

Le nom même de ce FEM suggère que les institutions européennes reconnaissent que la mondialisation a ses perdants. Ce FEM aide les personnes "ayant perdu leur emploi à la suite de changements structurels majeurs survenus dans le commerce international en raison de la mondialisation" ou "du fait de la crise économique et financière mondiale". Avec un budget annuel de 150 millions d'euros, il peut potentiellement financer jusqu'à 60 % du coût des projets destinés à aider les personnes ayant perdu leur emploi à retrouver du travail ou à créer leur propre entreprise. Auparavant il pouvait intervenir pour 1 000 personnes licenciées. Désormais, c'est dans le cas de 500 personnes. Il s'active si les entreprises qui licencient en font la demande.

Didier Parent est directeur de projet chez SODIE, une société chargée notamment de reclasser les personnes victimes de PSE.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le lien entre le FEM et les mesures réellement prises pour l'accompagnement des salariés est difficile à établir. Ce sont des sommes dont l'entreprise a fait l'avance au moment du Plan de Sauvegarde de l'Emploi. Et il est sûr que ce fonds est insuffisamment utilisé aujourd’hui

Pour en savoir plus sur le FEM, c'est ici

Je travaille dans l'Internet: la mondialisation, c'est ma vie de tous les jours

Dans le domaine de l'Internet, et des technologies de l'information en général, la mondialisation est une donnée concrète : au sein des GAFA, "Google Apple Facebook Amazon", nom donné aux géants technologiques américains en général, les ingénieurs et les techniciens viennent du monde entier. Et paradoxalement cette mondialisation de l'information a consacré l’avènement d'une seule langue: l'anglais, et d'une culture dominante anglo-saxonne. Pierre-Yves travaille dans le monde du logiciel libre. Il est indépendant après avoir travaillé pour un géant de l'informatique mondial, Facebook. Son témoignage

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

La langue de la mondialisation c'est l'anglais, et les entreprises, dans le domaine informatique, sont américaines. Même si elles ont des bureaux et des salariés partout dans le monde, la culture dominante de l'entreprise reste américaine.

Vos réactions sur les réseaux sociaux

De façon générale chacun a un avis plus ou moins tranché sur les bienfaits et/ou les méfaits de cette mondialisation. Certains ont conscience d'y participer par leur actes quotidiens, notamment par leurs habitudes de consommation. D'autres estiment que, bon an mal an, la mondialisation des économies et leur interdépendance ont augmenté le pouvoir d'achat global et a fait reculer la pauvreté. Certains économistes y trouveraient à redire. Voici un panel de vos réactions à ce sujet.

Chroniques
7H40
23 min
L'Invité(e) des Matins
Peut-on encore défendre la mondialisation ?
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......