LE DIRECT
Le Puzzle, bibliothèque troisième lieu pionnière, de Thionville

La mue des bibliothèques

5 min
À retrouver dans l'émission

#JeVaisàlaBibli |Avez-vous remarqué combien les bibliothèques municipales changent ? On y trouve toujours des livres, mais aussi des espaces de détente, de musique, de visionnage de film, des salles d'exposition ou de spectacle, des cafés, du co-working et même des jeux vidéos ! Visite de ces troisièmes lieux.

Le Puzzle, bibliothèque troisième lieu pionnière, de Thionville
Le Puzzle, bibliothèque troisième lieu pionnière, de Thionville Crédits : © Ville de Thionville – S. THEVENIN

Mais d'abord qu'est-ce qu'un troisième lieu ? C'est un concept sociologique développée par Ray Oldenburg, au début des années 80 aux États-Unis. Selon lui la société est envahie par l'individualisme, que symbolisent le recours aux transports individuels (les voitures) et les moyens de communication dématérialisés. Les lieux de rencontres et de collectifs qu'étaient auparavant les cafés, les associations sportives ou les églises sont moins prisés mais ils manquent à la société. D'où l'idée de les réinventer... et pourquoi pas dans une bibliothèque ? Enquête de Cécile de Kervasdoué.

Le Puzzle de Thionville

Dans le milieu des bibliothèques françaises, ce concept a été popularisé par le mémoire d’études du diplôme de conservateur des bibliothèques de Mathilde Servet en janvier 2009. Dès 2010, à Thionville, un projet se monte pour concrétiser ce concept. Ce sera Le Puzzle, une bibliothèque troisième lieu, qui a finalement ouverte en octobre 2016. A sa tête, celle qui a porté le projet avec la municipalité, le conservateur Sylvie Terrier.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Dès l'ouverture, le Puzzle est un succès. Un raz de marée d'usagers s'y presse. 1800 personnes par jour, dont 80% de jeunes, car il y a les lycées juste à côté. Puzzle devient "the place to be" et chacun veut voir ce bâtiment coloré, tout en courbes, en lumières, en confort, et qui propose gratuitement, à tous, toute la palette de ce qu'est la culture. Pourtant, rares sont les jeunes que l'on y voit lire et travailler. Lucas par exemple a bientôt 16 ans et il y vient tous les jours, mais...

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour eux, cette médiathèque troisième lieu travaille donc avec des éducateurs qui les canalisent et rappellent les règles de vie de l'endroit, pendant que les bibliothécaires prévoient de multiples ateliers d'écriture ou liés au hip-hop, au cinéma, au manga ou à la création numérique.

A lire : Oui, les jeunes Français lisent encore !

Car l'objectif est bien de faire de la visite de la médiathèque un réflexe. Que chacun y viennent surtout pour y trouver des ressources et pour ce faire le numérique est un fil rouge. Thierry Benoit, le directeur adjoint chargé de l'organisation artistique de Puzzle, en est persuadé :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

La médiathèque Françoise Sagan à Paris

Il y a plus de 16 300 bibliothèques en France. Celles qui sont rénovées ou construites aujourd'hui tendent à jouer la carte du troisième lieu. C’est le cas par exemple pour celle de Caen, inaugurée demain par la ministre de la Culture.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Un concept à la mode ? Pas forcément, si l'on considère par exemple la médiathèque municipale Françoise Sagan ouverte par la ville de Paris en 2015, près de la gare de l'Est. Car ce lieu immense est né au départ du fond patrimonial de l'Heure Joyeuse : la première bibliothèque pour enfants, née après la première guerre mondiale grâce à une donation américaine, mais qui n'a pas perdu une ride. En témoigne Viviane Ezratty, conservative générale et directrice de cette médiathèque :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Un mur de la médiathèque Françoise sagan à Paris qui porte les traces de la première bibliothèque pour enfants de la ville.
Un mur de la médiathèque Françoise sagan à Paris qui porte les traces de la première bibliothèque pour enfants de la ville. Crédits : Cécile de Kervasdoué - Radio France

A lire : Rentrée littéraire 2016 : les Français restent des lecteurs assidus

Ce qu'il y a de particulièrement nouveau dans ces bibliothèques troisième lieu c'est l'implication des usagers. Outre les ateliers et événements, la bibliothèque devient un lieu pour porter les projets des citoyens qui l'entourent, d'où le plaisir généralisé du public.

Écouter
1 min
Dominique est une habituée des bibliothèques

Tous enthousiastes ?

Seulement, ces troisièmes lieux, très présents en Hollande ou en Espagne et qui commencent à se multiplier en France, n'ont pas que des adeptes. D'abord à cause des dérives marchandes ou marketing du concept. Ensuite, parce que beaucoup s'interrogent sur les risques de "l'éductainement "(contraction de éducation et divertissement en anglais), alors qu'aujourd'hui les limites de "l'infotainement" sont de plus en plus claires.

Surtout, ces troisièmes lieux culturels interrogent la ville et son organisation. Dans de nombreuses communes isolées, ils permettent souvent de faire venir de l'activité, mais ce n'est pas sans risque considèrent les urbanistes. C'est le cas de Raphaël Besson, urbaniste au bureau d'étude Villes innovations :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Vos réactions sur les réseaux sociaux

Chroniques

7H40
15 min

L'Invité des Matins

Grand Paris, la folie des grandeurs ?
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......