LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Grenboble est sorti cette semaine de 11 jours de pollution de l'air

Pollution : je fais quoi ?

5 min
À retrouver dans l'émission

Cet hiver, la France n’a jamais été confrontée à un tel épisode de pollution de l’air. Au pied du mont Blanc, à Grenoble, Paris, Lyon, dans le nord : partout, la population tousse et pleure pour les plus sensibles. Particuliers, pouvoirs publics : comment agir ? Reportage de Véronique Rebeyrotte.

Grenboble est sorti cette semaine de 11 jours de pollution de l'air
Grenboble est sorti cette semaine de 11 jours de pollution de l'air Crédits : JEAN-PIERRE CLATOT - AFP

Fin novembre, l’Agence de surveillance de qualité de l’air en Auvergne-Rhône-Alpes (l’ATMO) montre une vallée de l’Arve au pied du Mont-Blanc en Haute-Savoie effrayante : la zone apparaît en rouge foncé, 9 sur une échelle de qualité de l’air qui en compte 10. L’épisode durera 46 jours entre décembre 2016 et janvier 2017 avec un record à 258 microgrammes de particules (lesPM10 et les PM2, 5) par mètre cube d’air.

Le seuil de pollution à partir duquel le préfet doit informer les 155 000 habitants de la Vallée est de 50 microgrammes de particules par mètre cube d’air, la zone d’alerte étant située à 80 microgrammes. A ce stade, les femmes enceintes, les personnes âgées, fragiles sont invitées à rester chez elles. Les enfants sont parfois interdits de récré dans les écoles et d’activités sportives.

Un parent d’élève de Sallanches, Vincent Hazout, dont le fils de 5 ans a été diagnostiqué asthmatique en décembre dernier, met en ligne cette vidéo "pour faire bouger les pouvoirs publics" :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pas d’autres choix pour les particuliers que de prendre des initiatives tous azimuts pour alerter et se protéger de ces pics de pollution ressentis désormais par toute la population. La Vallée de l’Arve est connue pour être polluée depuis des années notamment à cause de la circulation des camions qui empruntent le tunnel du Mont-Blanc. La pollution issue des transports, des modes de chauffage au bois ou des industries stagne au fond la vallée victime de l’effet "Canyon". Un effet connu de Christian Fernandes venu s’installer il y a six ans à Saint-Gervais-les-Bains. Né à Chamonix il y a 32 ans, ce guide de Haute-Montagne (il fait partie de la compagnie des guides de Chamonix) est descendu - et ils étaient nombreux- manifester pour la première fois de sa vie en décembre dernier pour interpeller les pouvoirs publics. Ce papa de deux petits garçons âgés de trois ans et un an n’imaginait pas vivre de tels épisodes de pollution à répétition.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Certains comme Gérard Decorps, un habitant de Passy, n’ont pas attendu les pics de pollution pour essayer de faire bouger les pouvoirs publics sur cette pollution chronique que connaît la Vallée de l’Arve. Ce guide de montagne retraité milite depuis de longues années, par exemple, pour le transport des camions par le rail. Sans succès auprès d’élus dont la première préoccupation était de ne pas affoler les touristes. Avec les pics de pollution de cet hiver, le déni n’était plus possible.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour Betty, biologiste de métier et mariée à Christian, agir contre cette pollution chronique relève à la fois la responsabilité de chacun et des élus en général. Or, la réponse de ces derniers semble pour l’instant bien maigre. Ce qui semble "tétaniser" cette maman de 36 ans.

Écouter
4 min
Betty, tétanisée par la pollution

"On a la chance d’être en bonne santé, mon conjoint, moi-même et nos enfants, mais se pose la question de l’exposition à long terme même si aujourd’hui tout va bien. On finit par envisager toutes les solutions, même extravagantes. Ce qui m’ennuie le plus c’est de pouvoir envisager à long terme de vivre dans un climat de psychose. C’est là-dessus que notre qualité de vie au quotidien serait extrèmement dégradée, d'ailleurs elle l’est déjà finalement. On commence à se dire : 'je ne peux pas aller faire du ski de fond à Chamonix parce qu’on est en fond de vallée, on ne va pas faire d’efforts intenses, on ne va pas aller à tel endroit emmener les enfants parce qu’ils ne vont pas respirer un bon air'. On y pense en permanence"

Conscients du problème, désormais sur-informés, Betty et Christian tentent d’agir contre cette pollution "angoissante" au quotidien. Ils sont prêts à faire plus pour qu’un jour l’air de la vallée de l’Arve redevienne respirable toute l’année. Christian sait aussi que leurs bonnes pratiques en matière de transport ou de chauffage, si elles restent isolées, n’auront que peu d’effets :

"On a des voitures diesel, on aimerait bien investir dans le futur dans un véhicule électrique. Il faut bien commencer par un bout... Par rapport au système de chauffage de notre maison , car c’est le chauffage individuel qui a été montré du doigt comme la cause principale de la pollution dans la vallée, nous on avait un foyer ouvert et du coup on a bénéficié du fond 'Air/bois' mis en place en 2013 pour mettre un insert avec flamme verte. Mais le problème c’est qu’en pic de pollution, on le fait même pas tourner parce que , même s'il pollue moins , on ne veut pas rajouter de la pollution supplémentaire".

Et Christian rêve de mesures ambitieuses :

"Nous les 'mesurettes' qu’on a eues ici, elles nous ont beaucoup déçus. Bon, c’était une alternance de circulation sur les camions 'Euro 3', c’était des restrictions de vitesse, sans contrôle… Il y avait des restrictions, des mesures mais qui n’étaient pas surveillées, pas appliquées correctement. Alors que nous, finalement, face à cette pollution, on est prêts à accepter beaucoup de choses et aussi à accepter des mesures contraignantes de la part de nos politiques. Nous, on rêverait de mesures ambitieuses comme avoir l’objectif que dans cinq ans le diesel ce soit terminé dans la vallée de l’Arve. Dire que dans cinq ans, il n'y aura plus un seul foyer ouvert, et en période de pic de pollution, il n'y aura plus aucun feu de cheminée autorisé. C’est ce qui manque, de l'ambition. Sans quoi, on se pose la question de déménager un jour parce qu’on ne veut pas faire subir çà à nos enfants pour les premières années de leur vie. C’est terrible en fait".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Et d'ajouter :

"Chacun est responsable de son travail. Moi j’emmène des gens en montagne, j’essaie de les ramener en bonne santé et qu’ils soient contents. Si je n’y arrive pas, j’arrête de faire mon travail. Ce doit être pareil pour les politiques : qu’ils cessent de gesticuler et qu’ils fassent leur travail pour nous garantir une bonne santé".

Des "malades de la pollution", Jocelyne Just, pédiatre, pneumo-allergologue en a vu arriver des centaines ces dernières semaines dans le service qu’elle dirige à l’Hôpital Armand Trousseau à Paris. Asthmatiques en crise, personnes ayant de grandes difficultés respiratoires pendant ces pics de pollution qui ne doivent pas cacher selon elle le vrai problème des grandes villes ou des vallées polluées : celui d’une pollution de fond toute l’année.

Jocelyne Just ne saurait trop conseiller à la population de s’informer et prendre les choses en main pour pousser à une vraie prise de conscience du problème par les pouvoirs publics.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

"Il y a la pollution automobile et puis, il y a la pollution qui peut venir par exemple des feux de cheminée. Il faut vraiment arrêter les feux de cheminée à foyer ouvert parce qu’on estime que 2 heures de feux de cheminée ça équivaut à 2000 kilomètres avec une voiture diesel non révisée donc c’est vraiment très très polluant le feu de cheminée".

Vos réactions sur les réseaux sociaux

Chroniques
7H40
16 min
L'Invité(e) des Matins
Affaires en politique : le changement, c’est pour quand ?
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......