LE DIRECT
Abbas Kiarostami en mai 2012 à Cannes

Abbas Kiarostami

45 min
À retrouver dans l'émission

Le cinéaste, mais aussi photographe, poète et peintre iranien se confie sur ses premières amours artistiques, son admiration pour Ozu et Bresson et comment les films pour enfants l'ont amené aux plus grandes distinctions internationales du 7e art.

Abbas Kiarostami en mai 2012 à Cannes
Abbas Kiarostami en mai 2012 à Cannes Crédits : Vincent Kessler - Reuters

"J'ai commencé en fait comme étudiant aux beaux arts en Iran. Et un des tous premiers travaux que j'ai pu commettre était des illustrations, des livres pour enfants. J'en ai fait un ou deux, mais cela n'a guère suscité d'intérêt. Et par ailleurs, j'avais fait des films publicitaires. Donc il y avait eu une espèce de résonance, on savait peut-être comme ça mon goût, ma propension pour le cinéma. Et donc on m'a invité dans le cadre d'un Institut à faire des films pour les jeunes. Le premier produit de cela a été "Le pain et la rue". Immédiatement ce film a été présenté dans un festival de films pour enfants et il a gagné le Prix. Pour moi, cette reconnaissance m'a tétanisé. J'ai été complètement paralysé pendant deux ans, je n'ai plus voulu faire de films, je me suis que c'était un accident, rien de plus, et qu'il fallait que je retourne vite à la peinture, qui était à la fois mes premières amours et le domaine dans lequel je me sentais plus en sécurité, plus apte."

"Vingt ans ont passé, et je me suis rendu compte que j'avais commis une vingtaine de films pour enfants. Donc, sans que je le veuille, ou sans que j'en sois conscient, je me suis rendu compte que j'avais appris un métier qui était celui de cinéaste."

"Rétrospectivement, je peux dire que cette période a été un âge d'or, dans ma vie professionnelle et personnelle. J'ai appris énormément des enfants. J'ai appris beaucoup du travail que j'ai fait pour eux et avec eux. Et je crois que ce finalement donne à voir mon cinéma d'aujourd'hui, cette simplicité que l'on y décèle souvent, ce dépouillement qui recèle aussi une complexité, est le fruit direct de mon expérience avec les enfants."

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......