LE DIRECT
Christine Charbonnier

Christine Charbonnier: lorsque les prisonniers montent sur les planches.

44 min
À retrouver dans l'émission

Laure Adler reçoit l’ex-directrice du centre pénitentiaire d’Arles. Cette passionnée de théâtre qui a fait venir dans sa prison le metteur en scène Joel Pommerat pour des expériences théâtrales, nous raconte son parcours et livre son analyse sur la réalité carcérale.

Christine Charbonnier
Christine Charbonnier Crédits : Samuel Bernard Blatchley

Enfant, Christine Charbonnier avait déjà une passion pour le droit. « Déjà au collège, je faisais des exposés sur le métier de magistrat ». Elle explique cet intérêt grâce à ses parents, « des post-soixante-huitards » dont la liberté a peut-être appelé un « besoin de règles ».

A l’issue de ses études, se serait-elle vu avocate ? Pas vraiment : « Très tôt, j’ai compris que je ne le souhaitais pas, parce que je pense que pour vivre de ce métier il faut aussi défendre des causes auxquelles on ne souscrit pas. Cela m’aurait semblé trop difficile ». Après avoir passé puis réussi les concours de Directeur de Prison, elle a « embrassé ce métier avec beaucoup de plaisir », un métier pour lequel il faut « beaucoup d’humanité, de pragmatisme et de bon sens ».

Lorsqu’on lui demande si l’emprisonnement est une solution réellement efficace, elle répond qu’il n’y a « pas de solution miracle ». Car si pour elle, la prison a pour but de « neutraliser » une personne pendant un certain temps, « il ne faut jamais oublier que notre mission est de prévenir la récidive et de favoriser l’insertion ». Si ce leitmotiv reste parfois lettre morte, à travers les activités, concerts ou pièces de théâtre, qu’elle a mis en place dans sa prison, Christine Charbonnier peut s’enorgueillir d’avoir beaucoup mis en œuvre pour ses détenus d’Arles.

« Donner du sens au lendemain » est l’enjeu auquel elle est confrontée chaque jour. Lorsque 40% des détenus ne « reçoivent jamais de visite » et n’ont donc plus de contact avec le monde extérieur, il est fréquent que certains subissent une véritable perte de repère dans le temps. « C’est pour ça qu’on a décidé (…) de solliciter l’ensemble des partenaires culturels arlésiens (…) pour essayer de faire vivre la maison centrale au rythme de la ville. (…) Je pense que c’est aussi une façon effectivement de donner du sens à la détention même si pour les détenus ce n’est pas suffisant… »

http://www.liberation.fr/france/2016/01/04/prison\-cellule\-1\-acte\-2\_1424273

http://www.la\-croix.com/Culture/Theatre/Echappee\-belle\-prison\-Arles\-2016\-01\-15\-1200731535

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......