LE DIRECT
Edward Bond le 6 octobre 2003 au Théâtre national de la Colline à Paris.

Edward Bond : "Je crois que je suis un écrivain influencé par la peinture bien plus que par l'œuvre d'autres écrivains"

44 min
À retrouver dans l'émission

Laure Adler reçoit Edward Bond, dramaturge et metteur en scène. Il parle de son enfance marquée par la guerre et de la découverte stupéfiante du théâtre comme lieu de la vérité humaine. Il donne sa vision de ce que doit être le théâtre contemporain, à quelles exigences il doit répondre.

Edward Bond le 6 octobre 2003 au Théâtre national de la Colline à Paris.
Edward Bond le 6 octobre 2003 au Théâtre national de la Colline à Paris. Crédits : Stéphane de Sakutin - AFP

Invité de Hors-Champs, l'homme de théâtre Edward Bond, né en 1934, revient sur son enfance et sur la guerre qu'il a vécue à Londres. Il dit avoir eu "ce sentiment étrange que c'était l'univers qui était en guerre". Plus le temps passait, plus la guerre "était difficile à comprendre". A l'annonce de la fin de la guerre, il se souvient avoir pensé "okay, alors tu vas faire partie de ceux qui vont survivre...". "C'était un fait, mais pas un miracle. Je ne crois pas au miracle." S'il constate n'avoir pas tant écrit que ça sur la guerre, il s'intéresse à "comment la violence est intégrée à la société".

"Ce qui caractérise notre espèce, ce n'est pas que nous sommes rationnels, mais que nous faisons du théâtre, on ne pourrait pas exister sans théâtre", affirme t-il. Voir Macbeth au théâtre avec son école a changé sa vie. Il a ressenti que "c'était la première fois que quelqu'un [lui] parlait intimement de la guerre" et ça a été "une expérience très importante" pour lui. Mais il fait le constat que maintenant le théâtre "a été volé" et qu'il "est devenu un produit sur le marché". 

Le théâtre pour Edward Bond ? C'est "la logique de l'imagination", pas du tout un oxymore pour lui. Il lui semble que l'on est "de plus en plus ignorant sur ce qu'est un être humain" et le "talent d'un auteur de théâtre c'est la capacité de rentrer dans l'esprit de quelqu'un d'autre", de rendre "le problème créateur". Le théâtre permet à l'auteur de "créer une situation qui [lui] semble la vérité de l'humanité".

Au cours de cet entretien, Edward Bond développe sa pensée sur les origines du théâtre chez l'homme. Il explique comment il perçoit la venue au monde d'un nourrisson, comment lui qui se pense être le tout, prend conscience des choses extérieures à lui-même. Chez ce nourrisson, dit Bond, "on a toute la problématique humaine" dans cette "béance" entre lui et le monde autour. "Ce que l'on a d'humain, se trouve dans cette béance. C'est la source de la morale humaine", affirme le dramaturge philosophe.

Il conclut sur l'omniprésence destructrice de l'argent devenu "un parasite" dans nos sociétés et sur l'évolution du théâtre. Il accorde une grande importance à la France dans le théâtre contemporain à recréer : "Je pense que s'il doit y avoir une capitale mondiale du théâtre aujourd'hui, ce doit être Paris. Je crois cela éperdument."

J'avais besoin de trouver une forme de compréhension de ce que le monde voulait dire et la seule forme d'art accessible à quelqu'un qui venait d'un milieu prolétaire comme moi, c'était le théâtre. C'est comme ça que j'ai commencé à écrire des pièces. Edward Bond

Traduction : David Tuaillon

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......