LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Florence Aubenas

45 min
À retrouver dans l'émission

Laure Adler s'entretient avec Florence Aubenas , journaliste et reporter.
<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/04/fa3344fa-df8f-11e4-adec-005056a87c89/838_aubenas-florence.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="Florence Aubenas" class="dejavu portrait" data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/04/fa3344fa-df8f-11e4-adec-005056a87c89/838_aubenas-florence.jpg" width="480" height="640"/>
Florence Aubenas Crédits : Corinne Amar

                                                                                                            <em itemprop="copyrightHolder">Radio France</em></span></figcaption></figure> 

Elle ne se souvient pas du premier livre qu’elle a lu : « J’ai l’impression d’être née en lisant. C’est un défaut très français. On a l’impression que les Français lisent tous Hugo ou Proust en fait, ils passent leur vie à relire. » Sa mère, passionnée de cinéma, l’a emmenée très jeune voir des grands classiques, « et j’en garde un souvenir merveilleux. Quand on est en face d’un chef-d’œuvre, on s’en rend compte, même si on n’a que cinq ans et qu’on ne comprend pas tout. »

Elle raconte sa formation: « J'ai fait des études de lettres, et dès lors que l'on ne veut pas être prof, c'est compliqué. Ça ne sert qu'à se faire plaisir et j'ai adoré ça. Mais j'avais conscience qu'il fallait trouver une réponse avec un vrai métier. Journaliste pourquoi pas ? » Quand elle devient journaliste, elle arrive dans un monde de la presse très foisonnant. « Les années 80 riment avec pub, médias, et univers de l’information au sens large. »

Dans son ouvrage En France (Editions de l’Olivier, 2014), elle décrit les récits de vie de ceux et celles qu’elle a rencontrés ces deux dernières années au fil de ses reportages. « A travers ces récits de vies multiples, se dessine une France prise dans l'aventure du quotidien.» explique-t-elle. Dans Le Quai de Ouistreham (Editions de l’Olivier, 2014), elle raconte son expérience en immersion comme femme de ménage : « Le problème de la presse aujourd’hui c’est qu’elle laisse des territoires inexplorés. Mon travail de journaliste, c’est raconter les autres, c’est fondamental pour moi. »

Elle explique le lien entre journalistes et société : « Les journalistes doivent être des gens poreux. Nous avons une place étrange dans cette société. On la raconte et ont en est partie prenante en même temps. Cette façon de faire des reportages existe depuis longtemps. Raconter le monde, c’est le propre des journalistes. » ; puis elle interroge notre rapport à la politique : « Ce qui caractérise la vie politique actuelle, c’est cet extrême brouillage. Quelles sont les lignes de partage entre la droite et la gauche ? Qu’est-ce qui différencie ces deux grands blocs qui ont longtemps servi de repères dans la politique français ? »

Ex-présidente de l’Observatoire international des prisons, elle évoque les conditions de détention en France : « Le gros problème de la prison en France, c’est que les gens en sortent plus démolis que quand ils y rentrent. La prison devrait être un endroit où on est conduit à préparer la vie de dehors. Cela signifie se préparer à un emploi où se former, par exemple… »

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......