LE DIRECT
François Cluzet

François Cluzet

44 min
À retrouver dans l'émission

Après avoir été récompensé aux César en 2007 pour son rôle dans « Ne le dis à personne », il joue en 2011 aux cotés d’Omar Sy dans « Intouchables ». Dans son dernier film, "Médecin de Campagne", François Cluzet incarne un médecin. Le comédien rencontre Laure Adler pour évoquer son parcours.

François Cluzet
François Cluzet Crédits : Corinne Amar

Son premier souvenir de la scène : une représentation de Jacques Brel, au théâtre des Champs Elysées. « Je l’ai vu pleurer en scène. Ma première réaction d’enfant c’était de me dire : il va se faire engueuler par ses parents. (…) Ensuite, j’ai vu la salle se lever et l’applaudir à tout rompre ; et je me suis dit : alors on peut être aimé si on pleure. J’avais le cœur gros, je me suis dit : je veux faire ça. »

Dans son travail d’acteur, il cherche à développer le naturel : « Dans les premiers temps, le débutant essaye d’aller vers la maîtrise, dès lors qu’il y est, il faut la fuir. (…) C’est une espèce de lâcher prise où, finalement, c’est presque le fameux deuxième cerveau de l’intestin qui fait le travail. Il y a un travail en amont qui est cérébral (…) mais ensuite au moment de jouer, c’est une autre concentration qui nous permet de ne pas jouer, justement. »

Pour justifier son succès, François Cluzet évoque son « physique un peu commun et sympathique. (…) Ni grand ni petit, ni beau ni laid ; ce qui fait que, dans les débuts (…) je multipliais les rôles. ». Jeune, il connaît effectivement un succès rapide qu’il verra cependant ralenti à cause d’une période volontaire d’ivresse: « je me suis intéressé plutôt à l’alcool à la dope, à l’amour, à l’introspection (…) mais malheureusement, ça a été assez dur après d’en sortir ». Après plusieurs années à écumer les cafés parisiens, « j’ai pris conscience que je végétais un peu à la télévision avec des mauvais metteurs en scène, des mauvais partenaires, (…) donc j’ai arrêté de picoler, sec, d’un jour à l’autre, et je me suis dit : dans cinq ans ça fonctionnera. Cinq ans après, j’ai fait « Ne le dis à personne » (…), puis les « Petits mouchoirs » et, ensuite, un succès inespéré avec « Intouchables ». »

« Quand j’ai commencé à boire trop, je me suis dit : ça ne durera qu’un temps. Puis en fait, finalement, j’ai été piégé par ce truc là. Mais là aussi c’est un truc que je ne regrette pas, parce que c’est comme une jeunesse que je n’avais pas eue. J’étais content de passer par là… il y a le coté poète maudit, le côte Bukowski, qui me fascinait. »

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......