LE DIRECT

Freddy Buache (2/2)

43 min
À retrouver dans l'émission

Deuxième et dernier entretien de Laure Adler avec Freddy Buache, ancien directeur de la cinémathèque de Lausanne, critique de cinéma, auteur d'ouvrages de poésie et d'essais

Le cinéma pour Freddy Buache fut un combat à la fois politique et poétique. "C'est une autre époque", regrette-t-il, évoquant un véritable âge d'or, qu'il a pu transmettre au public à travers la cinémathèque de Lausanne... Un autre objectif : la politique des jeunes auteurs, pour permettre des films "sur la Suisse": la cinémathèque devient un laboratoire. Une figure essentielle : Jean-Luc Godard. Il n'aime pas "A bout de souffle", qu'il trouve un peu trop "américain", "machiste"... "Sauve qui peut la vie" le réconcilie avec le réalisateur suisse, qu'il considère aujourd'hui comme un "personnage exceptionnel". Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, "L'Atalante" de Vigo, sont aussi évoqués avec nostalgie. Et le cinéma actuel ? Trop lié "aux sponsors", "à la diffusion télévisée"... Freddy Buache reste très critique. C'est à cause de ses convictions, de l'âge aussi, qu'il finira par quitter la cinémathèque de Lausanne."Il y a quelque chose qui est fini dans le cinéma". Malgré son amour du 7ème art, Freddy Buache n'a jamais voulu faire des films. Son travail lui suffisait. "Le cinéma c'est comme la musique. On juge un film sur sa musicalité générale, plutôt que sur ce que cela dit, car cela dit presque toujours la même chose".

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......