LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
George Steiner en 2005 en Israel
Épisode 4 :

La lecture, le livre et la transcendance

45 min
À retrouver dans l'émission

Pour cette quatrième partie de notre rencontre avec l'écrivain George Steiner, ce dernier s'épand sur son obsession : le livre.

Malgré le poids qu'il constitue pour lui, George Steiner module l'importance du livre dans le monde : "Nous ne connaissons sur cette Terre aucune société sans musique. Même la société la plus rudimentaire du point de vue économique ou politique, même ceux qui sont en train de crever dans le désert de Gobi ont de la musique. Pas de littérature écrite. L'oralité dépasse immensément le total de l'écriture. Homère est tout près de Flaubert et de Joyce. 20 000 ans avant lui, on racontait les histoires qui allaient être les fondements de l'épopée homérique."

Ce constat exposé, le critique développe son rapport à l'écriture, aux livres :

La lecture est un dialogue vivant. Érasme a dit : "celui qui n'a pas ses livres déchirés ne les a pas lus". Avoir une oeuvre complète, c'est avoir chez soi un invité à qui on dit merci, en pardonnant ses faiblesses, en les aimant. George Steiner

Être, aujourd'hui, un jeune écrivain, c'est une gageure atrocement difficile. Il faut des nerfs d'acier. Le chef-d'oeuvre se dégage souvent très lentement. Le plus grand privilège du critique et du professeur est de redécouvrir ce qui était enfoui dans l'oubli. Nous avons donc des responsabilités très lourdes envers ce miracle qu'est le livre : lutter contre la censure par le politique et la censure par l'argent. George Steiner

Un autre thème tisse les réflexions historiques, politiques, métaphysiques, linguistiques ou spirituelles de George Steiner : le désir d'élévation de notre conscience. 

Il est parfaitement concevable que d'autres parties de la planète prennent la relève, car l'Europe est très fatiguée. Le poids du passé est considérable en Europe. Il est difficile de concevoir comment notre civilisation européenne va reprendre son élan vital. George Steiner

Dans une remise en cause profonde de nos valeurs esthétiques et morales, George Steiner assume une certaine nostalgie de l'absolu.

Le monde dit de l'art conceptuel me dégoûte profondément. Lorsque l'on met des bouteilles d'urines par terre dans la Tate Gallery et qu'on me raconte que c'est du grand art, je dis calmement "vous êtes des pauvres cons". George Steiner

Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......