LE DIRECT

Gottfried Honegger

44 min
À retrouver dans l'émission

Laure Adler s'entretient avec Gottfried Honegger. Cet artiste suisse de 98 ans est un des grands représentants de l'art concret. Son travail sur la couleur, la forme et la matière constitue la base de sa réflexion et de son travail. Au micro d'Hors-Champs , il évoquera son regard sur l'art d'aujourd'hui et sur sa propre oeuvre, sensible, poétique et radicale.

Gottfried Honegger
Gottfried Honegger Crédits : Corinne Amar - Radio France

Enfant, Gottfried Honegger vit dans la montagne suisse, au milieu des vaches, des poules, des chiens. A cette époque, il prend goût au beau. Plus tard, il est obligé de travailler pour gagner sa vie jusqu’à ce qu’il se dise : « j’arrête, je veux faire de l’art » . « J’étais un révolté, et je le suis encore par exemple, je n’accepte pas le marché de l’art aujourd’hui. On a vendu un Giacometti pour dix millions et il serait fâché de cette spéculation s’il était encore vivant. »

Pour lui, l’art a un message existentiel pour le monde. « Dans toute l’histoire de l’Homme il y a de l’art. Pourquoi ? Parce que notre cerveau ne pense qu’en images. Nos souvenirs, nos rêves sont des images. L’image est la colonne vertébrale de l’homme finalement. » Il donne une définition engagée du créateur : « L’artiste est une personne qui travaille pour la société, pour informer. Quelqu’un qui traverse le Louvre traverse l’histoire de l’homme. On doit prendre l’art au sérieux. »

De plus, il souligne que la culture est un pôle économique essentiel pour les Etats. « La culture apporte à l’Etat beaucoup d’argent. Et c’est inacceptable que les Etats réduisent les budgets de la culture. »

Gottfried Honegger insiste sur l’importance de l’art pour l’humanité : « L’art est une chose qui doit marquer l’homme , explique l’artiste de 98 ans. L’art apporte de la liberté, à regarder, à penser, à juger. Les dictatures ne voulaient pas de cela, c’est pour cela qu’elles brûlaient les œuvres. L’art a une influence politique sur la société. »

Quant à son propre travail d’artiste, il souhaite observer la société de l’extérieur et essayer de trouver la forme pour exprimer son sentiment. « Mes dernières œuvres sont toutes blanches. C’est parce que je veux des choses sobres, claires, lisibles. » Il définit alors l’art concret, mouvement dont il est une figure majeure : « L’art concret se base sur la forme et la couleur. C’est ensuite au regardeur de savoir ce que l’œuvre peut-être pour lui. Cet art ne dirige pas le regard. L’art concret vous donne toutes les libertés. Au fond, c’est un art démocratique… »

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......