LE DIRECT
Jacques Rancière
Épisode 2 :

Jacques Rancière : « Ce n’est pas la démocratie qui s’épuise. Ce qui s’épuise c’est l’oligarchie. »

45 min
À retrouver dans l'émission

Second entretien avec l’historien, philosophe, politologue et critique d’art, Jacques Rancière. il analyse l’actualité depuis la montée du Front National jusqu'à la crise de confiance que traversent les institutions politiques.

Jacques Rancière
Jacques Rancière Crédits : Samuel Bernard Blatchley

Il évoque l’histoire de la gauche, cette histoire « qui maintenant n’existe plus », et dont l’aboutissement consistait en une révolution ; laquelle conduit aujourd’hui « au triomphe du marché mondial ». Parce que moribonde, Jacques Rancière s’est évertué et s’évertue encore à la faire renaître.

Serait-ce la ruine de la notion de progrès? « De toute façon elle a toujours été une idée problématique, répond-t-il, j’ai essayé d’être de ceux qui la creusaient». Il préfère parler d’émancipation plutôt que de progrès. « Aujourd’hui lorsque les gens évoquent le progrès ça veut dire qu’il a eu lieu, qu’on en est les héritiers et que les autres, eh bien qu’ils se débrouillent et qu’ils croupissent dans leur marécage».

Les années 1970 et 1980 ont initié une longue période de déconstruction de l’histoire et des mythes de la gauche. « On est parti de la critique de la révolution, le goulag, et puis la Révolution française, qui, en fait, avait préparé le goulag. Puis on est venu nous dire que l’anticolonialisme et l’antiracisme étaient en fait une nouvelle forme de totalitarisme ! Et ainsi de suite… (…) Il y a eu une espèce de fantastique (…) contre-révolution intellectuelle (…) disant que tous les signifiants égalitaires (…) étaient extrêmement dangereux. »

Lorsqu’on l’interroge sur l’état actuel de nos démocraties, il souligne un impensé concernant notre système politique : « On ne peut repenser la démocratie que si on la pense comme complètement étrangère sinon opposée à la représentation. La représentation a été, historiquement, la représentation des élites. (…) il faut repartir de cet écart (…) qui a été manifesté par les mouvements des places : les mouvements Occupy Wall Street par exemple. Il y aura un renouveau de la démocratie si on peut repenser l’existence de forces qui soient des forces affirmatives d’une capacité commune, égale et qui soient à l’écart du système électoral, ça je crois que c’est quelque chose qui est fondamental… »

Intervenants
  • philosophe, professeur émérite à l'Université de Paris VIII (Saint-Denis)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......