LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'écrivain japonais Kenzaburo Oê, Prix Nobel de littérature en 1994, ici en 2014
Épisode 7 :

Kenzaburô OE: un provocateur.

45 min
À retrouver dans l'émission

Deuxième partie de l'entretien avec l'auteur et prix Nobel de littérature, OE Kenzaburo. Aux côtés de Laure Adler, il livre le regard qu’il porte sur le Japon et la littérature.

L'écrivain japonais Kenzaburo Oê, Prix Nobel de littérature en 1994, ici en 2014
L'écrivain japonais Kenzaburo Oê, Prix Nobel de littérature en 1994, ici en 2014 Crédits : Hitoshi Yamada/NurPhoto - Getty

Concernant la situation actuelle du Japon, OE déplore la présence américaine sur le territoire japonais, "Cela fait 70 ans que cela dure dit-il, voilà 70 ans qu’Okinawa est une base de l’armée américaine". "Le problème fondamental c’est qu’il se peut qu’il y ait une guerre atomique à Okinawa ou qu’elle serve de base pour contrer une attaque atomique qui aurait eu lieu ailleurs." Depuis les catastrophes sismiques et nucléaires de Fukushima, le spectre de la catastrophe n’est jamais très loin au Japon. "On ne sait pas quand cela peut se produire" dit-il.

"L’économie japonaise pourrait en fait fonctionner tout à fait différemment."

"Les Japonais pensent que nous sommes même plus en sécurité avec ces bases américaines. Avec elles, les Japonais ont le sentiment que leur économie est protégée." Pourtant, une autre voie est possible selon lui. "L’économie japonaise pourrait en fait fonctionner tout à fait différemment. On pourrait demander aux bases américaines de se retirer totalement du Japon. On pourrait mettre fin à ces relations militaires. C’est en fait une question de volonté. Est-ce qu’on veut le faire ou pas ?" s’interroge-t-il.

"Si un parti comme cela arrivait au pouvoir il y aurait certainement beaucoup de pression au niveau international"

"J’aimerais donc qu’un parti politique soit crée, qu’il remporte des élections". Il modère cependant son optimisme politique d’une touche de réalisme et souffle que "si ce parti remporte des élections, peut-être qu’il ne sera au pouvoir que pour un temps. Parce que, même si un parti comme cela arrivait au pouvoir il y aurait certainement beaucoup de pression au niveau international mais aussi au niveau national. Je crois que pour les Japonais, ça serait quelque chose de très pédagogique et je pense que c’est la meilleure façon d’éduquer les Japonais."…

Bibliographie

Adieu mon livre

Adieu, mon livrePhilippe Picquier, 2013

Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......