LE DIRECT

Jean-Paul Civeyrac

44 min
À retrouver dans l'émission

Laure Adler s'entretient avec le cinéaste Jean-Paul Civeyrac

« Mes parents aimaient beaucoup aller au cinéma (…) J’ai appris mes tables de multiplication pour aller voir James Bond » 1979 est une année charnière : « cet année-là (…) J’ai un peu compris ce que ça voulait dire être cinéaste ». Mais s’avouer aspirant cinéaste est compliqué. « C’est difficile d’être un auteur , de dire ‘je’… » Jean Renoir , « sa façon d’expérimenter énormément de voix sans se répéter… » est un modèle.Il nous parle du cinéma français, la façon dont il choisit ses histoires…A la FEMIS il a surtout appris du coté de l’émulation et de l’exigence artistique « C’est beaucoup de l’expérience (…) Il y a quelque chose qui ne s’enseigne pas » « Les choses doivent venir au moment du tournage , pas avant. Il y a quelque chose de vivant… » Il nous parle de sa manière de filmer, de comment, au fur et à mesure de ses films, il s’est « rapproché » des acteurs, des visages, à travers les gros plans…Un autre de ses modèles reste Robert Bresson . « Le refus de la belle image, c’est le refus que ce qu’on voit sur un écran soit extrêmement contrôlé, fini … ». Il faut un équilibre « très difficile » , entre le trop de « forme » et le pas assez.L’amour, l’amitié sont essentiels. « Il faut à travers la vision, la dépasser (…) Il y a quelque chose qui doit résonner en terme de présence, de sentiments… » Il revendique la mélancolie comme « la traduction d’un manque qui, je pense, est en tout être…(…) L’art permet de mettre des images, des mots, des formes sur ce manque-là… » . Le cinéma permet d’aller vers « l’arrière-pays » , au sens d’Yves Bonnefoy. « Tout cela se couple d’un désir profond de ce que je filme… » Le réel, le récit sont tout aussi importants.Il évoque encore « Des filles en noir » , un film à propos de la mort, sans se vouloir morbide… « Je n’ai pas fait beaucoup de cadeaux au spectateur en faisant ce film, je l’avoue… » L’entretien se poursuit sur son dernier film « Mon amie Victoria », sur la condition des noirs, le racisme latent... « C’est à partir de l’actrice que j’ai inventé ce personnage…». « Quand je filme, je suis toujours du coté de ceux que je filme (…) Le film laisse aussi le spectateur libre de penser ce qu’il veut… »

Jean-Paul Civeyrac
Jean-Paul Civeyrac Crédits : Corinne Amar - Radio France
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......