LE DIRECT
Maren Sell

Maren Sell: Une conscience allemande

45 min
À retrouver dans l'émission

Editrice, romancière d’origine allemande, fondatrice de la maison Maren Sell Editeur et co-auteur, avec Yann Andrea, de « L’histoire », qui raconte la dernière passion que Marguerite Duras vécut avec lui, Maren Sell dévoile son parcours. Entretien de Laure Adler.

Maren Sell
Maren Sell Crédits : Corinne Amar

Maren Sell est née lorsque la Seconde guerre mondiale se termine, « 1945, c’est mon année de naissance. (…) Naître dans cette année, où tout était terminé et que l’horreur a eu lieu, j’avais presque l’impression que je devais m’excuser de naître alors que tout le monde était mort. ». Enfant, Maren Sell n’a pas conscience du chaos qui précède sa naissance : « A l’école on ne me parlait pas de ces horreurs, mes parents, je n’osais pas les interroger. (…) Mais la conscience est arrivée (…) par une photo que j’avais vue dans la cave de mes parents, dans un livre. (…) Il y avait des photos de femmes, qui ont été torturées, qui avaient un bébé dans le ventre et on avait extirpé le bébé. Les SS avaient fait ça. C’est une image qui me restera toute ma vie. »

Initiée à la lecture par les œuvres de Kafka et des expressionnistes allemands, elle se souvient d’une « littérature de désastre, d’apocalypse intérieure, c’était la grande question d’Adorno : est-ce qu’on peut encore écrire de la poésie après Auschwitz ? Est-ce que le silence n’est pas plus décent ? Mais il y a aussi Paul Celan qui dit que la langue n’est pas complètement perdue, pas complètement souillée, elle est toujours là, il faut se baser sur cette langue là. »

Lorsqu’elle quitte l’Allemagne pour s’installer en France, Maren Sell subit le poids de ses origines allemandes « c’est en France qu’on m’a dit que j’étais allemande, en Allemagne évidemment on ne me disait pas que j’étais allemande ça allait de soi. Dans mon entourage il y avait beaucoup de fils et de filles de familles qui ont été déportées, et pendant dix ans, j’ai refusé de parler l’allemand (…) et même quand j’allais en Allemagne, je me faisais passer pour une Française pour ne pas avoir à porter cette honte. ».

Elle ne se réconciliera que plus tard avec ses origines : « quand je voulais bercer ma fille, lui chanter des chansons et dire des petites poésies, transmettre ça, l’allemand est revenu ». Lorsqu’elle est partie d’Allemagne, Maren Sell a vu en la France son héritage humaniste, « la France était vraiment la terre de la résistance, de l’accueil et des droits de l’homme », mais aujourd’hui, la France, peut-être parce que « le travail de conscience n’a pas été fait », semble avoir perdu ce rang. « Quand vous êtes à Berlin, (…) il y a une présence de l’histoire permanente. Tout le monde s’est avoué coupable »…

Bibliographie

L'histoire

L'histoirePauvert, 2016

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......