LE DIRECT
Marie-Hélène Lafont

Marie-Hélène Lafon: la tête et la terre

44 min
À retrouver dans l'émission

Romancière, Marie-Hélène Lafon célèbre, dans son univers, la ruralité et la paysannerie. Elle a reçu le prix Goncourt de la nouvelle pour son recueil "Histoires". Cette fille d’agriculteur-exploitant cantalous, professeure agrégée de littérature devenue romancière s'entretient avec Laure Adler.

Marie-Hélène Lafont
Marie-Hélène Lafont Crédits : Samuel Bernard Blatchley

Si la carrière d’écrivain de Marie-Hélène Lafon n’a commencé que tard, elle a longtemps gardé le désir de partager l’univers dans lequel elle a grandi « Il m’est toujours apparu, (…) [que] si un jour je me mettais à l’écriture, (…) [je parlerais] de ceux qui sont les miens. ».

Du monde paysan, elle en évoque les maux et les angoisses : « j’ai toujours entendu scander sa mort » dit-elle. La paysannerie est-elle vouée à disparaître ? « Plus j’avance en âge, plus il m’apparaît que c’est une mutation profonde, radicale ». « Derniers indiens » d’une époque révolue, les paysans sont dans l’œil tourbillon des transformations actuelles. « On ne s’y reconnaît pas, on y perd son latin, on y perd le sens, et on y perd la confiance aussi. »

Baisser les bras, regretter le passé, voilà l’écueil dans lequel Marie-Hélène Lafon ne souhaite cependant pas tomber. « Je ne peux pas uniquement écrire de la mort. En même temps, (…) il y a quelque chose qui s’invente. Une autre façon de vivre dans le monde rural et même dans le monde paysan. Et de revenir d’une certaine façon à la terre ; oui, de revenir en l’ayant choisie. »

Elle parle de son goût de l’écriture : « l’écriture c’est une affaire de corps. (…) Il s’agit pour moi d’incarner. Et si je veux que Joseph, [son personnage] s’incarne sur la page, il faut que ses gestes, sa façon d’être, sa façon de s’asseoir, sa façon de travailler. (…) Il faut que tout soit à plat, sur la plage, et que le lecteur s’en sente saisi ». Maîtresse de l’anaphore, elle ajoute : « Le sujet c’est le corps, le corps des gens, le corps des bêtes, le corps des pays, le corps du temps, c’est-à-dire la lumière, les saisons, la nuit, l’hiver, l’odeur de la rivière par exemple. »

Lorsqu’elle se lance dans l’écriture, Marie-Hélène Lafon a d’abord posé un pied timide dans la nouvelle. « parce que je croyais très naïvement que c’était plus facile parce que c’était moins long » avoue-t-elle. Elle en vient ensuite au roman, et y voit un nouvel élan, un nouvel espace de liberté ; mais aussi de travail méticuleux. « Cette idée de repousser le point le plus loin possible et de donner de l’ampleur et de l’amplitude à la phrase. D’une façon, même très grammaticale parfois, parce que j’ai le goût de la grammaire… »

http://www.lamontagne.fr/auvergne/mag/culture/livres-bd/2016/05/09/la-cantalienne-marie-helene-lafon-goucourt-de-la-nouvelle\_11906077.html

Bibliographie

Histoires

HistoiresMarie-Hélène LafonBuchet Chastel, 2015

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......