LE DIRECT

Semaine spéciale chanteurs : Miossec

44 min
À retrouver dans l'émission

Laure Adler s'entretient avec l'auteur, compositeur et interprète, Miossec

Christophe Miossec, Miossec tout court. Avec ce nom tordu, il raconte que dès le début on le surnomme La Mioss et que naturellement Miossec devient son nom d’usage.

Tout petit, il développe un goût pour les études, pour la littérature mais pas celle enseignée à l’école. Il est attiré par la littérature américaine qu’il découvre grâce à son frère ainé.

Il parle de sa jeunesse dans une maison castor un peu miséreuse. Son histoire familiale loin d’être sinistre, est cependant vécue dans l’atmosphère de la guerre. Il vit à Brest , dans une ambiance de solidarité. Son père pompier-sauveteur lui laisse des principes de vie, une absence d’arrivisme .Il dit ne pas courir après la notoriété, et pour c’est pour cela qu’il signe dans un label indépendant. Il refuse les grandes major même si il avoue que partout aujourd’hui dans le domaine de la musique, l’économie est présente.

Il évoque son parcours politique au sein de sa commune, mais il semble être trop « bizarre » pour faire de la politique, même à l’échelon local.

Il raconte « la vue de sa vie » : depuis sa maison une presqu’île, à l’horizon une église et au bas des sous-marins de la marine. Il se baigne tôt le matin, il aime le liquide , il ne voyage que sur les rivages, les montagnes l’effraient.

La musique pour lui, ça commence dans un garage, et son adolescence demeure aventureuse. Il arrête tout à 18 ans, parce qu’il ne se trouve pas suffisamment bon musicien, mais garde une ambition artistique forte. Il ne découvre « sa » voix et le plaisir de chanter sur scène qu’il y a peu, il y a deux ou trois ans.

Puis, il s’interroge sur le mystère de la chanson . Comment faire une bonne chanson ? Il s’étonne de voir de nombreux écrivains se casser les dents en essayant d'en écrire. Pour lui, une chanson ne doit pas sentir l’effort, mais doit avoir ce petit « truc » en touchant les autres. L’acte de création est immédiat . Son passage à la rédaction de «Ouest France» lui a permis de développer cette rapidité dans l’écriture. Il n’a jamais pris de cours de chant et ne maîtrise pas l’évolution de sa voix . Il est satisfait de pouvoir vivre deux vies, une contemplative et l’autre effrénée. Il raconte ses déboires avec l’alcool et son envie d’en sortir. Pour lui, la musique est un partage , un contact physique avec les mots, avec le public, l’envie d’en découdre avec tout, de se battre. Miossec continue, même à 50 ans, de « gueuler » sur scène, de « monter au front » .

Miossec
Miossec Crédits : Corinne Amar - Radio France
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......