LE DIRECT

Semaine spéciale en compagnie de Michelle Perrot (4/5) : avec Françoise Héritier

44 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion d'une semaine spéciale d'entretiens de Laure Adler avec l'historienne et militante féministe Michelle Perrot, cette dernière invite l'ethnologue et anthropologue Françoise Héritier

Elles évoquent leur complicité, dans « des engagements civiques, autant que dans la recherche » et leur rencontre au Conseil National du SIDA , quand Françoise Héritier en était la présidente . Cette dernière en profite ainsi pour raconter sa nomination et son action à la tête de ce Conseil… Une expérience qui lui permet de concrétiser son idée d’« anthropologue dans la cité » . Françoise Héritier le déplore : « nous sommes noyé dans l’immédiateté de la publication et surtout dans cette espèce d’appropriation d’un terrain de recherche. Donc la plupart des chercheurs sont dans des tours d’ivoire… » L’idée était de déboucher sur du « concret » , de « l’utile » . « Notre plus grande victoire c’est d’avoir obtenu que la médecine pénitentiaire passe du ministère de l’intérieur au ministère de la Santé » , introduisant ainsi notamment le secret médical dans les prisons.Elles nous parlent de Claude Lévi-Strauss , des ouvrages de Françoise Héritier « Masculin, Féminin » sur les différences de sexe… « Je me suis posé la question des raisons qui à l’origine de l’humanité pouvait avoir instauré » la domination du « frère sur la sœur » … Elle nous parle de son concept : « la valence différentielle des sexes » . « Cela s’accompagne nécessairement du langage même de la domination, le langage du mépris… » Ce modèle –non maitrise du corps, non accès à l’éducation et au pouvoir, langage du mépris- se retrouve dans toutes les dominations.Elles discutent ensuite du croisement entre anthropologie et histoire : « les anthropologues sont des obsédés de l’invariant, les historiens des obsédés du changement… ». Pourtant, les deux domaines se rencontrent souvent. « C’est ça le véritable problème pour un historien : a quel moment est-ce que le même cesse d’être le même... » La discussion se poursuit sur Pierre Bourdieu , le droit à la contraception et le rapport au corps, l’espèce humaine, le féminisme, les réactions masculines à leurs travaux, la situation des femmes dans le monde actuel« Le modèle qui a été crée n’est pas éternel. Puisqu’il a été crée par l’esprit, il peut être renversé par l’esprit » , mais à très long terme. « L’événement compte et c’est les femmes elles-mêmes qui peuvent le produire, par la militance et en gagnant de plus en plus des supports masculins… » « Nous n’obéissons pas à une idéologie » , mais à une conviction . « Les choses ont beaucoup changé… » ,mais attention à l’ « optimisme naïf » , tout n’est pas résolu… Il faut « se souvenir, continuer, dire que rien n’est terminé, qu’il y a encore beaucoup à faire et qu’il faut faire attention aux acquis (…) Il faut faire très attention aux périodes de recul et il n’est pas impossible que nous en vivions en ce moment… »

Françoise Héritier
Françoise Héritier Crédits : Corinne Amar - Radio France
Intervenants
  • anthropologue et ethnologue, professeur honoraire au Collège de France (1933-2017)
  • historienne, professeure émérite d’histoire contemporaine à l'université Paris-Diderot.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......