LE DIRECT

Simone Schwarz-Bart

45 min
À retrouver dans l'émission

Laure Adler s'entretient avec Simone Schwarz-Bart , écrivaine

Simone Schwarz-Bart
Simone Schwarz-Bart Crédits : Corinne Amar - Radio France

Quand elle était enfant, Simone Brumant, future Simone Schwarz-Bart, habitait dans un groupe scolaire assez vétuste, sa mère étant institutrice, « des temps héroïques où l’on avait des classes de cent enfants. » Pendant les récréations, ses amis racontaient leur vie à la maison, dans des régions isolées. « L’univers du créole m’est venu, m’est arrivé. Je m’appropriais la vie de toutes ces personnes. »

Sa vraie vie commença pendant les grandes vacances, chez ses grands-parents, un endroit où elle avait le sentiment d’être vraiment libre. Les adultes, voyant son intérêt pour eux, se confiaient à elle, comme si elle était elle-même une adulte. Elle sentait que c’était important de les écouter, de recevoir leur parole. « J’étais de plein pied dans la magie de cette langue créole dans laquelle s’exprimaient ces gens. Peu à peu, je me suis nourrie de ce créole merveilleux qui oblige l’interlocuteur à décoller du réel. » Simone Schwarz-Bart, en les écoutant raconter leur vie, les écoutait aussi raconter leur rêves, « et moi, recevant tout cela, je partais dans une troisième dimension, je continuais ce périple avec ma propre imagination. »

C’est André Schwarz-Bart qui l’incita à se lancer dans l’écriture. Ils se rencontrèrent à la sortie du métro Monge, à Paris. « Je sentais un homme tellement apaisé » . Il venait juste de déposer au Seuil un manuscrit. Après avoir gagné le prix Goncourt en 1959, André revint à la petite pension dans laquelle se trouvait Simone, ils commencèrent à se connaître et à discuter vraiment…

Mais la notoriété pesait à André et ensemble ils ont décidé de vivre un peu en dehors de toutes les mondanités. « C’est un homme qui est toujours resté fidèle à lui-même et c’est cela que j’admire infiniment. Il n’a jamais cessé d’être la personne qui avait été un ajusteur, qui avait été un résistant, qui avait fait les marchés, qui avait fait beaucoup de métiers, tout en écrivant. »

Simone, elle, n’avait au début pas du tout confiance en elle en tant qu’écrivain. Le déclic est venu avec Le Plat de porc aux bananes vertes écrites à deux, à quatre mains. « Beaucoup de gens me demandent comment on écrit à deux. Cela s’est fait sans que nous sachions que nous le faisions, par une double capture, par un espace interstellaire que nous modulions. Nous captions d’autres vies, d’autres ailleurs, nous défaisions le vivant surtout avec chacun notre propre intensité et notre propre obscurité aussi avec beaucoup d’inquiétude et beaucoup d’exaltation. Nous étions sur la ligne de crête en permanence. Et c’était une très belle expérience… »


L'Ancêtre en Solitude , d'André Schwarz-Bart et Simone Schwarz-Bart, est publié aux éditions du Seuil (2015).

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......