LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jeanne Added  à Rock en scène en 2015

Jeanne Added : "Une chanson, ça fait pleurer quand on en a besoin, ça soulage, ça permet d'y croire"

5 min
À retrouver dans l'émission

Arnaud Laporte, producteur de La Dispute et des Masterclasses, s'entretient aujourd’hui avec l’auteure-compositrice-interprète Jeanne Added.

Jeanne Added  à Rock en scène en 2015
Jeanne Added à Rock en scène en 2015 Crédits : Bertrand Guay - AFP

Après une formation au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, où elle est la première admise dans la classe de jazz, Jeanne Added a poursuivi ses études musicales à la Royal Academy of Music de Londres. Elle est nommée avec son trio aux Victoires du jazz 2011, puis entame une carrière solo qui la verra nommée aux Victoires de la musique dans la catégorie Album révélation de l'année en 2016. En 2019, toujours aux Victoires de la musique, elle remporte le trophée dans les catégories artiste féminine et album rock de l'année.

À quoi pensez-vous ?

Jeanne Added. Je pense au pays dans lequel je vis, à ce monde. Je pense aussi à ce qui fait que vous me posiez la question aujourd'hui, sur une radio nationale, a fortiori celle que j'écoute quotidiennement. Je pense aussi au fait qu'on me demande mon avis alors que je suis musicienne, et au fait qu'aujourd'hui, ne pas donner son avis alors qu'on a un accès aux médias, ou ne pas avoir d'avis, ça commence à mon sens à s'apparenter à détourner le regard ou à de la démission. 

Je pense aussi à mon amie Camélia Jordana, qui a fait preuve ces derniers jours, en dénonçant les violences policières en France, d'un courage qui m'impressionne énormément. Comment, moi, blanche, ici, dans ce pays, je me situe par rapport à ça ? 

La couleur de ma peau me permettant de regarder ailleurs, de penser à autre chose, à autre chose qu'aux risques que j'encours quand je sors dans la rue, que d'ailleurs j'encours très peu. Il me semble invraisemblable, insupportable même, qu'on essaie à tout prix de faire passer cette réalité, à savoir la mienne, pour universelle.

Est ce qu'il y a des choses que vous avez décidé de ne plus faire ?

Il m'arrive souvent de décider de ne plus faire des choses, et j'aimerais bien définitivement arrêter de m'apitoyer sur moi-même. J'aimerais bien arrêter de manger mes émotions aussi, ça me plairait beaucoup. Réduire ma consommation de merdes sur YouTube, ça serait super.

Est-ce que vous attendez, dans cette période particulière, quelque chose des autres ?

Ce n'est pas évident pour moi de penser dans ces termes là, mais si être exigeant, c'est donner de la valeur, alors je me dis qu'en tant que nous tous, en tant que groupe, on pourrait essayer d'arrêter de détruire l'endroit où l'on vit, réaliser qu'on n'a pas besoin de faire le tour du monde tous les ans, de changer de voiture tous les six mois. Et là, je me mets vraiment dans le lot, dans le lot des riches qui cramons cette planète par les deux bouts. Si je devais avoir une attente, je me dis que ça, ça pourrait être réaliste, et quelque chose d'assez positif.

Est-ce que cette crise qu'on vit a changé votre rapport au temps ?

Oui, mais j'ai eu la chance, parce que je pense que c'en est une, de pouvoir ralentir ou de retrouver mon rythme, un rythme peut-être plus humain, plus lent. J'aime bien travailler moins. Je trouve que 4 heures par jour, c’est bien suffisant. En tout cas je me suis dit que j'étais quand même super efficace en travaillant moins, et que ce rythme-là, plus tranquille, était bien agréable.

On peut aussi dire que vous avez aussi le sens du timing puisqu’à l'automne, vous avez prévu une tournée en solo. Ce rapport différent avec le public, vous l'imaginez comment ?

En fait, on n'en sait rien. C'est très difficile de savoir ce qui va se passer ou pas. Est-ce qu'on va devoir vraiment appliquer des mesures de distanciation sociale dans les salles ? Je n'y crois qu'à moitié. Je ne pense pas que ce soit possible de faire comme ça. Mais est-ce que ce sera nécessaire ? Est-ce qu'il faudra le faire à ce moment-là ? Je ne sais pas si ça va reprendre comme avant ou pas, j'espère. C'est pour ça qu'on a annoncé la tournée.

Qu'est-ce que l'art et la culture peuvent, selon vous, apporter à ce monde qui est quand même différent aujourd'hui ?

Je crois que ça apporte du lien et que ça apporte du réconfort. J'aime beaucoup cette idée de réconfort dont vous parlait Dominique A dans cette même chronique. Parce que oui, j'écoute la radio et ça peut aussi apporter des échappatoires ! Par exemple, j'ai écouté aujourd'hui Don't Give up de Peter Gabriel et Kate Bush. Je ne sais pas si vous avez en tête cette chanson sublime, mais elle dit « N'abandonne pas parce que tu as des amis ». Et moi, je trouve que quand quelqu'un vous chante ça avec la bonne intention, la bonne mélodie, c'est un exemple parmi tellement, mais ça peut vraiment aider à vivre. J'y crois à mort. Une chanson, ça fait pleurer quand on en a besoin, ça soulage, ça permet d'y croire. Ça me semble tellement important. C'est à la fois tout et quasi rien. Mais j'y suis très, très attachée.

De quoi avez-vous peur ?

Comme tout le monde, je n'aime pas trop avoir peur donc je ne pense pas vraiment dans ces termes-là, mais quand ça arrive, j'essaie de comprendre pourquoi, de déconstruire, de mettre à distance par la compréhension. Je trouve que ça marche bien comme système. J'écris des chansons aussi, c'est un mode d'appréhension du monde qui me va bien. Mais si je devais nommer une peur, ce serait la violence institutionnelle, la machine, la grande machine.

Jeanne Added, lundi 1er juin 2020.

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Chroniques
7H44
39 min
L'Invité(e) des Matins
L’Amérique et ses démons raciaux
Intervenants
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......