LE DIRECT
Zabou Breitman

Zabou Breitman : "L'éducation et la culture sont des secteurs qui doivent être préservés ardemment"

5 min
À retrouver dans l'émission

Imagine la culture demain | Arnaud Laporte, producteur de La Dispute et des Masterclasses, s'entretient aujourd’hui avec la comédienne, réalisatrice et metteuse en scène Zabou Breitman.

Zabou Breitman
Zabou Breitman Crédits : Yohan Bonnet - AFP

Longtemps connue sous son seul surnom, Zabou Breitman a affirmé pleinement son nom complet en signant la réalisation de Se souvenir des belles choses, pour lequel elle a reçu en 2003 le César du meilleur premier film.

Elle a depuis signé d’autres films, une série pour Canal Plus, mais aussi des mises en scène de théâtre, qui lui ont valu à ce jour 4 Molières.

A quoi pensez-vous ?

Zabou Breitman. Je pense, j'ai beaucoup pensé et je pense encore à ce qu'auraient pensé mes parents devant la crise du Covid-19. Je pense à leur réaction, à ce qu'ils auraient pensé. Je pense que ma mère aurait été triste parce que c'était une écologiste absolument convaincue, et je pense qu'elle aurait été absolument effondrée. Mon père aurait été heureux de l'aventure, c'est-à -dire étonné, curieux et fasciné par l'aventure. J'ai entendu une dame de 83-84 ans qui disait « Je suis contente de ne pas être morte pour avoir connu ça », et je comprends ce sentiment, même si je sais à quel point il y a des gens qui sont dans des galères épouvantables, qui ont connu des choses très graves. Mais je reste convaincue que c'est un moment exceptionnel, et qu'il y a quelque chose de l'ordre de l'aventure à l'intérieur de ça.

Dans ce moment exceptionnel, est-ce qu'il y a des choses que vous avez décidé de ne plus faire ?

Non, j'ai décidé de faire plus ce que je faisais déjà. Je suis heureuse de la vie, sans mièvrerie, mais j'aime la vie ou je suis très, très désespérée, mais sans absolu. Je suis contente quand il y a et pas forcément au bord du gouffre, quand il n'y a pas. En fait, je pense encore plus aujourd'hui ce que je pensais avant.

Mais est ce que cette crise a changé votre rapport au temps ?

Ce rapport au temps, je l'avais adolescente. J'ai eu la chance ou, en tout cas, il s'est trouvé sur ma route ce rapport au temps-là. Étant une enfant unique, j'étais une enfant minoritaire, et donc quand même un peu seule avec des adultes. Par la force des choses, et parce que ma famille a traversé une crise assez grave, je me suis retrouvée à m'ennuyer et à bouquiner et donc, ce rapport au temps, je le trouve merveilleux, et j'ai retrouvé ses sentiments d'adolescence. Je me suis rappelé cette vacance adolescente, et à quel point c'est important de perdre du temps, parce que je pense que c'est la bonne manière de l'envisager.

Est-ce qu'il y a des choses qui vous font peur aujourd'hui ?

Oui, il y a des choses qui me font peur. Je suis bouleversée par les gens qui sont inquiétés, par ceux qui étaient déjà en précarité, qui vont l'être encore plus, par ceux qui ne l'étaient pas encore, mais qui vont le devenir, par ceux qui vont perdre beaucoup de choses et qui se demandent comment ils vont manger demain. Je suis inquiète pour les jeunes, tous ceux qui ont démarré leur métier, leur travail, qu'ils soient artistiques ou pas, pour les jeunes artistes et pour les jeunes au théâtre, c'est très compliqué. Et pour tous ceux qui ont des élans, j'ai peur qu'il y ait beaucoup de gens qui aient eu les ailes un petit peu coupées. Je crains aussi pour les gens fragiles. Ça m'angoisse, ça me fait de la peine et ça me fait peur pour tous ces gens qui vont souffrir.

Qu'est-ce que l'art et la culture peuvent, selon vous, apporter à ce monde qui est quand même différent aujourd’hui ?

Je pense que ça l'a fait, on l'a vu dans ces moments bizarres du confinement. C'est la fenêtre qu'on trace : la culture et l'art permettent de fabriquer une fenêtre à partir de nulle part. Un petit peu comme les mathématiques décident que le zéro, c'est là. Ça se rejoint à cet endroit-là, c'est-à -dire que l'on décide « Tiens, on va imaginer », et c'est ça, le propre de l'homme. On va imaginer que la fenêtre, et bien il y en a une là. Être capable de s'échapper, c'est merveilleux, c'est pour ça que je pense que l'éducation et la culture sont des zones qui doivent être préservées ardemment parce que sans culture, on revient à quelque chose d'extrêmement fragile et faible et sans appréhension de la culture, c'est-à-dire sans éducation, on n'a pas les outils pour pouvoir s'amuser. Donc, je pense vraiment que l'éducation et la culture doivent être préservées et regardées avec une immense bienveillance et même avec beaucoup de sous. Il faut vraiment les aider.

Qu'est-ce que vous avez envie de partager ?

Partager mon amour pour la fantaisie. Ça ne veut pas dire que je n'aime pas le drame profond. Les larmes pour moi, sont aussi importantes et fondamentales, mais je crois que la fantaisie est quelque chose qui élève et qui permet parfois de passer par-dessus le petit muret. Donc, c'est vraiment du partage. On peut dire des poèmes, on peut faire connaître des poèmes, on peut les partager. Quand on va bien, il faut en faire profiter les autres. « Quand on va bien », ça ne veut pas dire que je suis bien tout le temps et que tout va bien, non, ce n'est pas vrai, mais quand on peut le faire, je me sens capable et assez costaude pour emmener des gens sur des terrains de jeu. Il faut amener les gens sur des terrains de jeu.

Zabou Breitman, mercredi 27 mai 2020

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  

Chroniques

7H44
40 min

L'Invité(e) des Matins

Voyage en France au fil de la Seine avec François Sureau
Intervenants
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......