LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le Signal construit en 1967, évacué en 2014 est toujours debout face à la mer, en 2017.

Climat et érosion : y'aura-t-il encore des plages demain ?

5 min

Quatrième épisode de la série sur le climat, direction, Soulac-sur-mer, en Gironde, où l'érosion mange les côtes petit à petit. Selon les plus alarmistes, la mer pourrait engloutir cette station balnéaire d'ici 100 ans, si rien ne change.

Le Signal construit en 1967, évacué en 2014 est toujours debout face à la mer, en 2017.
Le Signal construit en 1967, évacué en 2014 est toujours debout face à la mer, en 2017. Crédits : Laurent Theillet - Maxppp

Pour le quatrième épisode d'itinéraire bis, rendez-vous ce jeudi, à Soulac-sur-mer, au bord de l'océan et à quelques kilomètres de l'estuaire de la Gironde où la mer mange la petite station balnéaire, de 2 800 habitants l'hiver.

C'est à Soulac, qu'il y a le Signal, cet immeuble emblématique de l'érosion, construit en 1967. Les 78 propriétaires ont été évacués en janvier 2014. Les tempêtes ont eu raison de cette barre d'immeuble, aujourd'hui à 15 mètres seulement des eaux contre 300 mètres dans les années 80.

REECOUTEZ : Les pieds sur terre à Soulac-sur-mer

"L'homme pense qu'il peut dompter la nature mais non, jamais il n'y arrivera"

Mais autour de cet immeuble, toute la côte est dévorée par la mer. Chaque hiver, elle emporte dans ses entrailles un million de mètres cube de sable. L'estuaire en reverse 500 000 chaque année. La plage du sud à Soulac n'existe plus. Preuve : la route des Allemands, jonchées de blockhaus, située à 100 mètres de la mer, il y a 30 ans est aujourd'hui submergée.

Les digues de pierres, parallèles à la mer, pas une solution

Il y a trois ans, Yves Bannel, habitant et fou amoureux de Soulac, a créé une association. Ce "combattant" de l'érosion est président de l’Association pour la Protection de Soulac-sur-Mer contre l'Erosion Marine. Il invite des scientifiques et climatologues "parce que si rien n'est fait, d'ici 100 ans, Soulac sera sous les eaux."

Selon lui, les constructions des pouvoirs publics, c'est à dire des digues de pierres, parallèles à la mer empirent la situation.

"La mer est plus maligne et contourne nos murs de défense sur la droite et la gauche pour mieux dévorer la côte."

Son dernier combat : retarder la mission de réensablement prévue par la communauté de commune. Le but est d'aller extraire un million de mètres cube de sable sur un banc au large pour tapisser les plages de la commune. "Mais encore quel impact pour la nature ?", questionne Yves Banel. Pour la communauté de commune, il faut agir parce qu'il n'y a aucune solution de repli pour les habitants comme 70 kilomètres plus bas, à Lacanau, où les girondins pourraient aller vivre ailleurs dans les terres, si la mer venait à submerger le littoral.

Pour une visite du Signal en photos, c'est par ici.

Chroniques
7H37
22 min
L'Invité des Matins d'été
Elections présidentielles au Rwanda : une opposition impossible ?
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......