LE DIRECT

Le Jardin d'Alice, friche artistique, écologique et sociale

6 min

Fleur Pellerin veut soutenir la jeune création et développer des foyers de jeunes artistes. Au Jardin d'Alice, lieu d'expérimentation artistique, écologique et sociale dans une ancienne caserne du 12e arrondissement de Paris, la créativité par l'échange entre disciplines et générations existe depuis six ans déjà. Mais le Jardin d'Alice est aujourd'hui menacé.
<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/07/16312f8b-303d-11e5-9c4f-005056a87c89/838_jardi.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="Le jardin d'Alice" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/07/16312f8b-303d-11e5-9c4f-005056a87c89/838_jardi.jpg" width="838" height="628"/>
Le jardin d'Alice Crédits : Amélie Perrot

                                                                                                            <em itemprop="copyrightHolder">Radio France</em></span></figcaption></figure> 

Le Jardin d’Alice se définit comme un lieu d’expérimentation à la fois artistique, écologique et social. 15 artistes en sont membres permanents, ils travaillent et vivent dans ce bâtiment, d’autres artistes y viennent en résidence, et des groupes, des compagnies de théâtre, s'y réunissent. L’idée est d’offrir un espace à ceux qui ont une pratique artistique à Paris, mais pas de place pour l’exercer. Vous trouverez aussi une salle de spectacle, un petit studio d’enregistrement, un laboratoire de photo, et le tout entièrement autofinancé.

Mais aujourd’hui, le Jardin d’Alice est menacé. Il y a un peu plus d’un an, la ville de Paris avait autorisé le Jardin d'Alice à occuper cette ancienne caserne en échange d'un loyer assez faible, dans le cadre de ce qui se voulait être un projet pilote. Un peu plus d’un an plus tard, changement de programme, la ville veut finalement récupérer le bâtiment et le jardin d’Alice est en danger.

Le dessinateur Barroux dans son atelier du Jardin d'Alice
Le dessinateur Barroux dans son atelier du Jardin d'Alice Crédits : Amélie Perrot - Radio France

Il dépend certes de la ville de Paris, mais peut-être pourra-t-il trouver un nouveau soutien en la personne de Fleur Pellerin, invitée des Matins d'été de ce jour. Le lieu a tout pour convaincre une ancienne ministre déléguée en charge du numérique, avec son hackerspace dans la cave de la caserne, où on travaille sur l’innovation numérique, l’impression 3D, les textiles intelligents. Et surtout, Fleur Pellerin l’a dit après les assises de la jeune création qui se sont déroulées en juin, elle veut soutenir les jeunes créateurs en développant des foyers de jeunes artistes. Et c’est déjà ce que fait le jardin d‘Alice : des peintres, des dessinateurs, des comédiens, des musiciens y travaillent ensemble, dans une idée d’échanges entre les disciplines et entre les générations.

C’est ce dont nous parlent Julien, musicien, Anastasia, qui s’occupe de la programmation de la salle de spectacle, le dessinateur Barroux, et Antoine, comédien.

Par Amélie Perrot

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......