LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Comité d'organisation de Physiopolis

Sur la Seine, l'île de Platais

6 min

A la fin des années 20, deux frères médecins, André et Gaston Durville, choisissent l'île de Platais dans les Yvelines pour y établir leur domaine naturiste : Physiopolis. Qu'en reste-t-il aujourd'hui ? Le naturisme a disparu, mais des physiopolitains continuent de venir y chercher un monde à part.

Comité d'organisation de Physiopolis
Comité d'organisation de Physiopolis Crédits : Droits : David Lorenté

Depuis qu'il est devenu physiopolitain il y a six ans, David Lorenté se passionne pour l'histoire de l'île. Une histoire particulièrement riche. Emile Zola, dont la maison de Médan se trouve sur l'autre rive, s'y était fait construire un chalet où il venait chaque jour travailler. A l'emplacement de ce chalet sera construite une immense piscine bien connue des habitants des Yvelines, la plage de Villennes, gigantesque bâtiment art déco aujourd'hui à l'abandon.

Et, à la fin des années 20, c'est sur l'île de Platais que les frères Durville, deux médecins hygiénistes, établissent leur domaine naturiste : Physiopolis. Naturisme, mais pas encore nudisme : slip pour les hommes, slip et "cache sein" pour les femmes, on invente ici, avec 20 ans d'avance, le bikini.

Aujourd'hui, le naturisme a disparu de Physiopolis. Mais on y baigne toujours dans une atmosphère à part. L'île est accessible uniquement par bateau aux Physiopolitains et à leurs invités. Mais Itinéraire Bis y fait escale, grâce à l'accueil de David Lorenté.

Le long de la rue des Champs Elysées, des bungalows d'origine
Le long de la rue des Champs Elysées, des bungalows d'origine Crédits : Amélie Perrot - Radio France
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......