LE DIRECT
armand robin, Caricature publiée vers 1943 dans "La jeune poésie et ses harmoniques".
Épisode 1 :

l’Armand des bois

3 min
À retrouver dans l'émission

"Je suis sorti à cinq heures du matin; j'ai vu Dieu dans tous ses arbres; Il était heureux, il se frottait les branches"

armand robin, Caricature publiée vers 1943 dans "La jeune poésie et ses harmoniques".
armand robin, Caricature publiée vers 1943 dans "La jeune poésie et ses harmoniques". Crédits : wikipédia

« Écrivain inclassable » lit-on dans un résumé qui pourtant précise : breton, polyglotte, , journaliste, homme de radio, libertaire (indécrottable) et poète. Recommandé par ses pairs, Patrice Delbourg dans ses «solitudes en terrasses», Marc Blanchet au goût sûr, Georges Perros écrit de lui : «Armand Robin, oui, il y eut grande amitié. Il venait très souvent dîner avec moi, dans un bistrot de Meudon, où j'habitais. Il avait acheté une voiture à trois roues, genre de yoghourt qui faisait la joie des passants. Un des rares hommes vraiment pas d'ici que j'aie fréquentés. Totalement affranchi, hanté par l'absolu, dont la vie courante donne des signes, généralement mis de côté. Il parlait toutes les langues, sauf, aurais-je envie de dire, le français tant il trouvait peu d'interlocuteurs partageant les mêmes obsessions. On ne sait toujours pas très bien comment il est mort. Sans doute tabassé dans un quelconque commissariat. Henri Thomas est de la même race. De grande fugue. En gros, des hommes pour lesquels la terre est ce qu'est la mer aux marins.»

Les textes sont extraits de: Ma vie sans moi d'Armand Robin Editions Poésie/Gallimard

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......