LE DIRECT
Laurence Vielle
Épisode 4 :

David Gianoni, Indien frère.

3 min
À retrouver dans l'émission

On ne peut pas faire de poèmes vraiment utiles, ni d’incantation opérante contre Donald Trump… attendre des miracles de la démocratie, difficile. Mais il faut veiller, garder une espérance d’indien.

Laurence Vielle
Laurence Vielle Crédits : LAURIE DIEFFEMBACQ / BELGA MAG - AFP

On sent que Gianoni l’indien de Breizh lorsqu’il se met  au diapason des éléments, y assume un bilan carbone irréprochable. La  poésie n’est pas dispensée à la fin ! Ce serait un peu commode  d’arpenter ces plages, ces landes et ces paysages avec une aisance de  jet-setteur, aux allers retours inconsidérés…. (silence géné). Associé à  ces combats naturels, nous irions bien moquer certains chantres de  l’Himalaya grandiose, amateurs classe affaire des musiques rituelles de  l’Inde. Poètes spectateurs, routards sur l’or, auxquels il convient mal  de parler de pauvreté, d’Arthur et de Villon. J’en connais. La barque  des poètes-voyageurs est en feu et nous laissons Trump à la lance  incendie. Notre seul espoir est Donald, s'ils ignorent superbement leur  empreinte. Avec lui la catastrophe est un running gag. Tous à l’eau ! 

Ce sable, cette eau, ces rochers et ce ciel  Ton fils viendra peut-être Jouer ici 

Mauvaise langue comme nous le sommes, nous terminons avec le paisible Paul Valéry pour un mot-valise : le Bouchoreille  parle de la poésie sans prendre le train. C’est Jean-Michel Maulpois  qui nous y invite dans ses "cent mots pour la poésie ».. Que sais-je ? 

Extrait de:

Domo de Poezia de Laurence Vielle éditions MaelstrÖm 

Garder le mort de Jean-Louis Giovannoni. Editions 

Unes les 100 mots de la poésie de Jean Michel Maulpoix édition Que sais-je 

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......