LE DIRECT
Tasos Livaditis / Kostas Karyotakis
Épisode 4 :

Poètes, allons voir si la prose..

3 min
À retrouver dans l'émission

Nos deux poètes se rejoignent dans l’amertume féconde. Ici Livaditis ouvre la mesure avec « Porcherie ». "Les temps avaient changé, on ne tuait plus, on te montrait seulement du doigt, ça suffisait."

Tasos Livaditis / Kostas Karyotakis
Tasos Livaditis / Kostas Karyotakis Crédits : Owner unknown / Kostas Karyotakis / wikipédia

Ses poèmes outrepassent le pessimisme pour un humour compliqué, à la fois provocateur et absurde, tragique bien sûr mais passagèrement boulevardier. Alors on ne sait plus qui de Kafka ou Samuel Beckett est venu semer son étrangeté sur les si courtes historiettes de Livaditis, ou s’il a piqué quelques restes chez Courteline. La cruauté cingle le lecteur, qui se réveille en plein rêve.

Le dernier poème choisi en sympathie au traducteur : libre à lui de retrouver un mouvement tournant, des rimes, s’il y parvient parfaitement, en pur poète.

La mer, bête sauvage, a un pelage très 

bigarré lui donnant un mélange 

de bleu là-bas, de vert pâle, de gris plus près 

une allure des plus étrange.

Le roi des vents, soufflant du nord, a cravaché 

les vagues bleues, vertes ou grises 

venues de l'horizon, qui giflent les rochers 

puis sur le rivage se brisent. 

(Extrait de Mer -Kariotakis)

Extrait de: 

L’Aveugle et sa Chandelle Tassos Livaditis Éditions Monemvassia

COSTAS KARYOTAKIS. Je veux partir Poèmes et proses Editions Le miel des anges

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......