LE DIRECT
Isabelle Sbrissa
Épisode 2 :

du cratylisme ordinaire

3 min
À retrouver dans l'émission

Dans l'abécédaire amusé qu’elle invente sur l’argent, sur un mode satirique détergent, Isabelle Sbrissa met le pied dans le vaste pays des assonances.

Isabelle Sbrissa
Isabelle Sbrissa Crédits : editions nous

Mais sont-ce vraiment des assonances ? Des allitérations ? Nous irons revoir nos définitions, en nous souvenant qu’elles font tourner les rythmes et la couleur des mots. Pour l’heure, remonte cette lourde notion ventrue du « cratylisme", dont le souvenir passe par un long poème d’Antoine Pierre Augustin de Piis « L’Harmonie imitative » faisant éloge de cette merveilleuse capacité des mots à sonoriser exactement ce qu’ils désignent. "A l'instant qu'on l'appelle, arrivant plein d'audace, au haut de l'alphabet l'A s'arroge sa place » Ah rien de mieux que le A pour exprimer ce qu’il recouvre, avec ses variations claquantes ou sourdes, vives, langoureuses) pour emplir la Les sons de la langue, au delà de l’arbitraire, ont une signification bien rebondie. "L’argent accélère notre affranchissement de tout acte d’altruisme… » devient en lettre B chez Brissa : "Le blé booste le bazardage de la bienveillance bilatérale…. »

le « Législateur, dit le Cratyle face à Socrate, doit  savoir « imposer» l'objet à nommer «aux sons et aux syllabes ». Les sons eux-mêmes sont affectés de signification. Hermogène, lui, ne croit qu'à l'arbitraire des mots, dont la création serait fondée sur un simple consensus…

Extrait de

Ici là voir ailleurs d'Isabelle Sbrissa aux Éditions NOUS

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......