LE DIRECT
Fernando Pessoa à l'âge de 7ans en 1895
Épisode 3 :

je ne m’occupe pas des rimes.

3 min
À retrouver dans l'émission

Je pense par les yeux et par les oreilles / Je pense par les mains et par les pieds / Je pense par le nez et par la bouche.

Fernando Pessoa à l'âge de 7ans en 1895
Fernando Pessoa à l'âge de 7ans en 1895 Crédits : Apic/RETIRED - Getty

Voir c’est ne pas penser, c’est considérer ce que l’on a devant soi, l’immédiateté de la présence des choses. La sensation immédiate des odeurs de l’été, de la couleur des fleurs de la nature, de la chaleur du soleil. Caeiro nous apprend à regarder le monde tel qu’il est, il nous apprend à désapprendre les images et tout son poème exprime la difficulté de voir le visible. 

Extrait de:

Le gardeur de Troupeau de Fernando Pessoa édition Unes

Matières fermées de William Cliff  table Ronde édition

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......