LE DIRECT
Saleh Diab
Épisode 4 :

Embarrassant Printemps

3 min
À retrouver dans l'émission

Qu’écrire aujourd’hui du Printemps arabe, de son échec en Syrie ? Nazih'Abou Afach né en 1964 plie son écriture à ce qui le travaille, il dénonce ironiquement la nature de ce mouvement « printemps des cérémonies funèbres ».

Saleh Diab
Saleh Diab Crédits : Florence Borel / le castor astral - Radio France

Nazih 'Abu Afash travaille au ministère de la Culture comme lecteur de manuscrits de 1992 à 2002. Politiquement, il est proche du parti d'extrême gauche. Il vit à Damas jusqu'en 2011, au début.du mouvement populaire de contestation, il est le plus lucide de ceux qui ont évoqué le désastre actuel en Syrie. Il démissionne de la vie citadine pour rentrer dans son village où il vit actuellement. La Syrie telle qu'elle a été fondée par les puissances mandataires, appelée dans le monde arabe, est en train de disparaitre en tant que pays, démantelée par les grandes puissances et les puissances régionales. C'est dans les mots des poètes syriens, qui ont pris la poésie comme un dialogue incessant entre soi et le monde, politique dont l'objet est l'amour, que se dessine le visage de la Syrie. 

"Elle va nue la liberté, sur les montagnes de Syrie, dans les camps de réfugiés. Ses pieds s'enfoncent dans la boue et ses mains gercent de froid et de souffrance. Mais elle avance".  

(Maram al Masri Elle va nue la liberté).

Extrait de: Poésie Syrienne contemporaine - Saleh Diab éditions du Castor Astral

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......