LE DIRECT
.
Épisode 3 :

Sad song… with love and glory.

3 min
À retrouver dans l'émission

On quitte Yeats sur des plaintes amoureuses ironiques. Come let us mock at the great, sachons rire des puissants ou des grands. "Je chante les causes perdues, crains celles qui ont triomphé/Je retourne sur les champs des batailles déjà livrées."

.
. Crédits : TNP de Villeubannes

Yeats but Why? Est-ce encore un retour à Bonnefoy, son traducteur passionné ? Non, c’est plutôt la lecture des « Derniers poèmes" traduits par Jean Yves Masson, aux éditions Verdier, qui nous y mène, leur verdeur résonnante. On peut y ajouter la prime du moment : l’ardent Yeats fut une des admirations ostensible du jeune Nobel Dylan, avec cette nuance peut-être que l'Irlandais nous semble proche ou qu’il est traduisible. En tous cas, on dispose de plusieurs traductions, riches et fouillées. Et les notes qui les accompagnent nous emmènent loin, au delà de la lande. Poèmes pétris de réflexions, et parfois d’objections aux combats pour l’indépendance, poèmes à mille clés où planent le souvenir de Maud Gonne, militante de la cause irlandaise. Lui, son prix Nobel,Yeats, il l'obtint 1929 pour sa "poésie toujours inspirée » ( yeap !) on peut aussi rappeler le dramaturge qu’il fut.

Le TNP de Villeubannes présentera "Ombres" du 7 au 11 février, alliant Synge et Yeats traduits par jean Pierre Siméon dans une mise en scène de Clara Simpson.

Extraits de:

- Quarante-cinq poèmes traduction de Yves Bonnefoy chez Gallimard

- derniers poèmes traduction. JY Masson - éditions Verdier

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......