LE DIRECT
Isabelle Autissier

Isabelle Autissier, au coeur du monde

44 min
À retrouver dans l'émission

"La mer est une émotion, mais c'est aussi une connaissance, sans laquelle il n'y a ni course, ni navigation possible." Isabelle Autissier, écrivain, navigatrice et présidente de WWF-France.

Isabelle Autissier
Isabelle Autissier Crédits : Martin Leers / WWF

Pour le grand public, Isabelle Autissier est cette navigatrice de caractère qui fut la première femme à réaliser un tour du monde en course en solitaire, mais il ne faudrait pas oublier non plus ses activités plus « terrestres » d’écrivain et  de présidente du WWF France. Née à Paris, elle a découvert la voile en Bretagne à l’âge de six ans. Brillante étudiante, elle décrocha un diplôme d’ingénieure spécialisée dans l'halieutique (Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Rennes) en 1980 avant de se lancer dans un programme de recherche de sur les langoustines et les gros crustacés. Après s’être installée à La Rochelle, elle se partagea entre ses recherches sur les pêcheries du Golfe de Gascogne pour le compte d’IFREMER et l’enseignement à l'école Maritime et Aquacole de La Rochelle. Sa carrière de navigatrice « sportive » démarra en 1987 avec la construction de son premier bateau, « Parole », un sloop en acier de dix mètres. Elle enchaîna peu après avec sa première traversée océanique en solitaire. A la fin de la même année, elle gagna la première manche et termina 3ème au classement général de la Mini-Transat -course en solitaire en France- Les Canaries- les Antilles sur un monocoque de 6m50. Une performance qui lui permit d’intégrer le milieu de la course au large, comme en témoignent sa participation à la Solitaire du Figaro en 1989. Deux ans plus tard, elle finit 7ème du Premier BOC Challenge à bord d'Ecureuil Poitou-Charentes et devint ainsi la première femme à courir autour du monde en solitaire. Après cet exploit, elle décida de se consacrer à plein temps à la course au large. En 1994, elle se classe seconde de la Course de l’Europe et, en équipage, battit le record de la traversée New York par San Francisco en 62 jours 5 heures et 55 minutes. Lors de sa deuxième participation au BOC Challenge, elle débuta par une victoire lors de la première étape entre Charleston et Le Cap mais démâta pendant la deuxième étape. Après avoir rallié les îles Kerguelen avec des moyens de fortune, elle tenta de repartir avec le mât d’un bateau de plaisance mais fit naufrage 1000 milles au sud de Sydney. Un hélicoptère des Forces Royales Australiennes réussit à la secourir pendant la nuit du Nouvel an. Cela ne l’empêcha pas de poursuivre sa carrière sportive. En 1996, elle était en deuxième position du Vendée Globe, le tour du monde sans escale, lorsqu’elle dût s’arrêter au Cap pour réparer une avarie. Elle n’en acheva pas moins la course en 105 jours de navigation. En 1998, elle s’adjugea avec maestria la deuxième étape De l’Around Alone, une autre course autour du monde en solitaire. Malheureusement, elle chavira au cours de la troisième étape. Prisonnière de son voilier retourné en plein cœur du Pacifique, elle ne dut son salut qu’à l’intervention du navigateur Giovanni Soldini. A partir de 1999, elle commença à naviguer avec d’autres skippers dans des épreuves comme la Transat AG2R ou le Tour de France à la voile. En 2002, elle et Jimmy Pahun finirent à la 2ème place de cette dernière épreuve. Ce fut au début des années 2000 qu’Isabelle Autissier prit la présidence de l’Ecole de la Mer à La Rochelle et qu’en compagnie d’André Bronner, elle initia le projet « Pourquoi pas l’Antarctique » pour mieux faire connaître le continent blanc et les enjeux environnementaux qui y sont associés. Par la suite, elle participa à différentes expéditions, en Alaska et en Antarctique, et entama une nouvelle carrière, celle d’écrivain, avec une biographie du chevalier Yves Joseph Marie de Kerguelen de Trémarec, première explorateur français des terres australes : « Kerguelen : Le voyageur du pays de l'ombre » (Grasset et Fasquelle, 2006). Depuis, elle a publié de nombreux livres, en solitaire ou en double – comme avec Erik Orsenna pour Passer par le nord : la nouvelle route maritime (Folio, 2016) – avec un succès toujours renouvelé. En décembre 2009, elle est devenue présidente du WWF France et s’impose désormais comme une figure incontournable de la défense de l’environnement. 

Bibliographie

Seule la mer s'en souviendra

Seule la mer s'en souviendraIsabelle AutissierLe Livre de poche, Paris, 2011

Intervenants
  • Navigatrice, présidente du WWF-France et écrivain (première femme à avoir accompli un tour du monde à la voile en solitaire et en course)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......