LE DIRECT

Daniel Mesguich

1h
À retrouver dans l'émission

Daniel Mesguich est né à Alger en 1952. Après l'Algérie, il passe la fin de son enfance à Marseille où il prend ses premiers cours de théâtre. En 1970, à dix-huit ans, il est admis au Conservatoire national supérieur d'Art dramatique de Paris où il suit l'enseignement d'Antoine Vitez et de Pierre Debauche. Il y revient comme professeur en 1983. Le 30 octobre 2007, il en a été nommé directeur. En 1974, il fonde sa compagnie, le Théâtre du Miroir. De 1986 à 1988, il dirige le Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis et, de 1991 à 1998, (La Métaphore)/Théâtre national de Lille. En 1998, il crée une nouvelle compagnie : Miroir et Métaphore. Au théâtre, il a mis en scène de très nombreux textes classiques et contemporains. Parmi les premiers, citons : Marivaux (Le Prince travesti, La Seconde Surprise de l'amour) ; Racine (Britannicus, Andromaque, Bérénice, Mithridate, Esther) ; Tchekhov (Platonov) ; Claudel (Tête d'Or) ; Calderon (La Dévotion à la croix) ; Victor Hugo (Marie Tudor) ; Shakespeare (Hamlet, Le Roi Lear, Roméo et Juliette, Titus Andronicus, La Tempête, Antoine et Cléopâtre) ; Molière (Dom Juan) ; Shlomo An-Ski (Le Dibbouk) ; Sophocle (Electre) ; Euripide (Médée) ; Kleist (Le Prince de Hombourg). Quant au répertoire contemporain, on peut mentionner, entre autres : Julius Amédé Laou (Folie ordinaire d'une jeune fille de Cham) ; Gaston Portail (Boulevard du boulevard) ; Pierre Debauche (Flandrin, acteur ); Hélène Cixous (L'Histoire (qu'on ne connaîtra jamais)); Clarisse Nicoïdski (Ann Boleyn ; Le Désespoir tout blanc) ; Jean-Paul Sartre (Le Diable et le Bon Dieu). A l'opéra, il a mis en scène, notamment, Le Grand Macabre de Ligeti (à l'Opéra de Paris), L'Amour des trois oranges de Prokofiev (à l'Opéra-Comique), La Passion de Gilles de Boesmans et Mertens (au Théâtre royal de la Monnaie à Bruxelles), la tétralogie de Wagner, Der Ring des Niebelungen (à l'Opéra de Nice et au Théâtre des Champs-Elysées), Un bal masqué de Verdi (à l'Opéra de Lille), Go-gol de Michaël Lévinas (dans le cadre du festival Musica à Mulhouse et à l'Opéra de Montpellier), La Vie parisienne d'Offenbach (à la Comédie-Française), Wozzeck d'Alban Berg (à l'Opéra de Montpellier), Des saisons en enfer, Rimbaud et Verlaine de Marius Constant (au Printemps des Arts de Monte-Carlo, 1999), Le Fou de Marcel Landowski (à l'Opéra de Montpellier), Elephant Man de Laurent Petitgirard (à l'Opéra de Prague et à l'Opéra de Nice), La Damnation de Faust de Berlioz (à l'Opéra de Leipzig), Les Contes d'Hoffmann (à l'Opéra de Pékin). Parmi ses mises en scène, on trouve également opéras-bouffes (La Vie parisienne d'Offenbach à la Comédie-Française), comédies musicales (Le Manège de Manon Landowski au New Ivar Theatre de Los Angeles), spectacles de variétés (Catherine Ribeiro, Quilapayun), etc. Acteur au théâtre, il a joué, notamment, dans ses propres spectacles ou sous la direction de Robert Hossein, Antoine Vitez, Jean-Pierre Miquel, les rôles de Hamlet, Platonov, Camille Desmoulins, Pascal, Vsevolod Meyerhold, Dom Juan, Descartes Au cinéma, il apparaît au générique de grands films signés, notamment, Michel Deville (Dossier 51), Costa-Gavras (Clair de femme), François Truffaut (L'Amour en fuite), Ariane Mnouchkine (Molière), Francis Girod (La Banquière), Alain Robbe-Grillet (La Belle Captive), Yves Boisset (Allons z'enfants), José Pinheiro (Les Mots pour le dire, La Femme fardée), James Ivory (Quartett, Jefferson à Paris, Le Divorce), Bernard Rapp (Tiré à part), Iradj Azimi (Les Iles, Le Radeau de la Méduse), Sam Garbarski (Le Tango des Rashevski). Pour la télévision, il a joué, entre autres, les rôles de Napoléon, Berlioz, Kafka. Il a également enregistré de nombreux textes pour la radio ou pour des éditions discographiques, participe fréquemment comme lecteur à des manifestations littéraires (Marathon des mots de Toulouse, Banquets de Lagrasse) et se produit aussi très souvent comme récitant aux côtés de personnalités musicales telles que Cyril Huvé, Brigitte Engerer, Soo Park, Jean-Efflam Bavouzet, Hélène Grimaud, Kurt Masur, Jean-Claude Malgoire, Philippe Bender. De nombreux acteurs ont été ses élèves, parmi lesquels Richard Anconina, Jérôme Anger, Dominique Frot, Sandrine Kiberlain, Vincent Perez, Philippe Torreton, et il est fréquemment invité à l'étranger pour diriger des master classes : Académie de Pékin, Princeton University, Monterey (Mexique), Budapest, ou pour donner des conférences sur la pédagogie théâtrale (New York, Harvard, Oxford, Bogota). Il a cosigné avec Xavier Maurel une adaptation de La Vie parisienne d'Offenbach (L'Avant-Scène) et une traduction de La Tempête de Shakespeare (Comédie-Française). Il a traduit Titus Andronicus de Shakespeare (La Différence), Antoine et Cléopâtre de Shakespeare (Verdier), Le Prince de Hombourg de Kleist (Le Bord de l'eau), Médée d'Euripide (à paraître à L'Avant-Scène). Théoricien, outre de nombreux articles et préfaces, il est l'auteur d'un essai sur le théâtre, L'éternel éphémère (publié une première fois par Le Seuil en 1991 et réédité par Verdier en 2006), d'une édition pédagogique commentée d'Andromaque de Racine (Gallimard) et d'un livre d'entretiens avec Antoine Spire, Le Passant composé (Le Bord de l'eau). Il a également conçu et réalisé, avec Frank Verpillat, Un rêve de Racine, documentaire de 52 minutes pour France 5. (extrait du Site officiel de Daniel Mesguich) Archives INA : Jacques Derrida, lecture d'un extrait de Circonfession daté de l'année 1991, Hommage à Jacques Derrida, France Culture, 23/07/1995 Hélène Cixous, Théâtre ouvert, extrait de sa pièce, Je me suis arrêtée à un mètre de Jerusalem et c'était le paradis, interprétée par Hélène Cixous, Bérangère Bonvoisin et Michèle Marquais, France Culture, 18/11/1982 Marc Lachièze-Rey, Continents sciences, 26/06/2003

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......