LE DIRECT

A 20 jours avant le premier tour de la présidentielle, le taux d'indécision reste très élevé, en raison notamment de la préoccupation du vote utile

25 min

Marine Le Pen reste solidement dans la course pour le second tour. Emmanuel Macron fait depuis une semaine jeu égal avec elle. Et Jean-Luc Mélenchon aurait le vent en poupe et aspirerait une partie des électeurs de gauche aux dépens de Benoît Hamon, à la peine, tout comme François Fillon.

Le directeur de l'administration pénitentiaire démissionne en raison d'un "désaccord" avec le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas, à la veille de la publication d'un livre blanc sur les prisons

Commentaire de Marie-Pierre Vérot.

A l'étranger, deux résultats d'élections présidentielles :

En Serbie, victoire du Premier ministre Aleksandar Vucic, dès le premier tour. Ancien ultranationaliste proche de Milocevic, il a depuis effectué un rapprochement avec l'Union européenne.

Précisions de Lise Verbeke.

En Equateur, victoire serrée du socialiste Lenin Moreno. Le résultat est dénoncé par son adversaire, l'ancien banquier Guillermo Lasso.

Suivi de Nadine Epstain.

En Colombie, le bilan de la gigantesque coulée de boue qui a dévasté la ville de Mocoa s'est alourdi à 254 morts. Trois rivières ont débordé en raison de pluies torrentielles.

Explications de Véronique Rebeyrotte.

L'invitée de la séquence interview : Marion Maréchal-Le Pen, députée Front national du Vaucluse. Elle a affirmé que "le FN souhaite évidemment remettre en cause les régimes spéciaux" et a notamment réagi à la tribune des Klarsfeld dans Libération pour lutter contre le Front national :

Je reconnais que le couple Klarsfeld a eu un rôle historique et je les remercie. Ils ont chassé les nazis, permis de retrouver Klaus Barbie, qui avait torturé des compatriotes. Mais je trouve que le parallèle cinquante après est un petit peu douteux. Je pense qu'ils se trompent d'ailleurs. C'est un petit peu triste. Et en l’occurrence, je ne crois pas qu'il y ait aujourd'hui de menace nazie en France, et c'est heureux. Et je pense qu'ils feraient mieux de voir qu’aujourd’hui le développement de l'antisémitisme en France n'est pas dans la classe politique, mais dans certaines parties du territoire, porté par certains mouvements islamistes radicaux. Et ne pas vouloir accepter, voir cela, le combattre efficacement, c'est se tromper d'adversaire et faire la force de cet ennemi là, précisément.

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......