LE DIRECT
Sabine Grataloup avec le portrait du jeune Théo, en octobre 2016, au Tribunal Monsanto, à La Haye

Glyphosate : une mère de victime française porte plainte avec son mari contre le géant Monsanto

24 min

Témoignage de Sabine Grataloup, intoxiquée au pesticide glyphosate pendant sa grossesse en 2008 et dont le fils Théo souffre d’une malformation de l’œsophage et de la trachée. Au moment où les experts européens étudient la toxicité du pesticide, c'est un dossier suivi par Véronique Rebeyrotte.

Sabine Grataloup avec le portrait du jeune Théo, en octobre 2016, au Tribunal Monsanto, à La Haye
Sabine Grataloup avec le portrait du jeune Théo, en octobre 2016, au Tribunal Monsanto, à La Haye Crédits : Avec l'aimable autorisation de Rémi Barroux / Le Monde

Véronique Rebeyrotte a rencontré Sabine Grataloup au tribunal Monsanto, l'an passé. Dans ce tribunal citoyen où étaient venues témoigner en provenance du monde entier des victimes du glyphosate, Sabine Grataloup, la voix tremblante, avait décrit le calvaire de son fils Théo.

Théo, 10 ans aujourd'hui, a été gravement intoxiqué alors que Sabine, alors enceinte sans le savoir, utilisait comme chaque année, 2 fois par an, du "Round up" pour désherber son centre équestre. A la naissance, Théo présente de graves malformations. Il subit sa première opération chirurgicale alors qu'il est âgé seulement de quelques mois. Théo en est aujourd'hui à sa 51e opération ! Il respire grâce à une trachéotomie. Au fil des années, Sabine Grataloup avance dans sa conviction que Théo a été victime in utero d'un empoisonnement au glyphosate.

Après avoir hésité à se lancer dans une bataille judiciaire qu'elle sait d'avance longue et violente, Sabine Grataloup et son mari ont donc décidé de porter plainte contre Monsanto pour que cela n'arrive pas à d'autres.

A lire aussi : Quand l'Union Européenne cessera-t-elle de tergiverser sur le glyphosate ?

Le ministère du Travail a-t-il créé lui-même une brèche dans ses ordonnances, pour éviter une mobilisation des chauffeurs routiers ?

Au lendemain de l'accord signé par les syndicats, le patronat et les ministres concernés nous développerons ce dossier chaud avec Anne-Laure Chouin et avec notre invité, l'avocat spécialisé en droit social David Guillouet.

"Un président ne devrait pas dire ça", version Emmanuel Macron.

Retour sur la dernière sortie du chef de l'Etat sur les salariés licenciés de GM et S dans la Creuse, qui feraient mieux, selon lui, d'aller trouver du travail à deux heures de route de chez eux plutôt que de "foutre le bordel" en manifestant. Décryptage, et rappel à la réalité du monde ouvrier avec Emma Sarango.

Le groupe Etat Islamique quasiment chassé du territoire irakien. L'armée de Bagdad a repris ce matin la ville de Hawidja, dans le nord du pays. Nous ferons le point sur les dernières poches de résistances djihadistes en Irak avec Eric Biegala.

Au Niger, trois soldats américains et plusieurs nigériens tués dans une embuscade hier. La coalition anti-AQMI réagit ce matin. Evolution de la situation au Sahel avec Nabila Amel.

Nous évoquerons aussi avec Anne Vigna, depuis Rio, l'arrestation de Cesare Battisti, à la frontière entre le Brésil et la Bolivie.

L'ex gauchiste italien des années de plomb fuyait un nouveau risque d'extradition vers l'Italie en tentant de trouver refuge chez Evo Morales.

Enfin, on a appris ce matin la mort d'Anne Wiazemsky. Romancière, actrice, elle a partagé la vie de Jean-Luc Godard. D'ailleurs, son roman "Un an après" avait inspiré le film "Le redoutable", en ce moment au cinéma. Celle qui était également la petite-fille de François Mauriac avait 70 ans. Elle avait trouvé le film de Michel Hazanavicius émouvant et drôle, et elle évoquait encore sa relation avec Godard à Cannes, en mai dernier, dans la Grande table. Nous l'entendrons.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......