LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Hommage à Christine Renon, ce jeudi 3 octobre 2019, à Bobigny. en présence notamment du député LFI de Seine-Saint-Denis Éric Coquerel.

Chagrin et colère lors des obsèques de Christine Renon

25 min

Les obsèques de Christine Renon, directrice d'une école de Seine-Saint-Denis qui s'est donnée la mort le 21 septembre dernier, ont lieu aujourd'hui. Le temps de l'émotion et du chagrin s'accompagnera, aussi, par des mouvements de grève partout en France pour pointer le mal-être de la profession.

Hommage à Christine Renon, ce jeudi 3 octobre 2019, à Bobigny. en présence notamment du député LFI de Seine-Saint-Denis Éric Coquerel.
Hommage à Christine Renon, ce jeudi 3 octobre 2019, à Bobigny. en présence notamment du député LFI de Seine-Saint-Denis Éric Coquerel. Crédits : Thomas Samson - AFP

Dans la cour, les fleurs mais aussi les dessins à la craie et les mots des enfants sont toujours là, comme autant de témoignages de cette ineffable émotion qui, 10 jours après le drame, n'a pas quitté les élèves, leurs parents, les enseignants et tout le personnel. C'était le 23 septembre dernier, Christine Renon, 58 ans, directrice d'école maternelle à Pantin était retrouvée morte dans le hall de son propre établissement. Et c'est encore pour lui rendre hommage que plusieurs syndicats d'enseignants appellent à un rassemblement en sa mémoire cet après-midi à Bobigny, à l'appel d'une intersyndicale qui a également déposé un préavis de grève pour l'ensemble de la journée. Enfin parce que Christine Renon est toujours dans les esprits, plusieurs directeurs et directrices d'école de Pantin ont décidé de publier une tribune, ce matin, dans laquelle ils expriment une souffrance partagée, au regard de la dégradation continue et permanente de leurs conditions actuelles de travail. Et au-delà la perte de sens de leur métier. Une tribune qui fait écho, en l’occurrence, à la lettre que Christine Renon avait pris soin de laisser à ses collègues avant de mettre fin à ses jours, et dans laquelle elle n'évoque rien d'autre que son métier, les difficultés rencontrées au quotidien, la solitude des directeurs, mais aussi les réformes incessantes et contradictoires, au point de ne plus parvenir à supporter la multiplication et la lourdeur des tâches exigées en permanence. Elle y détaille "son épuisement", avant de conclure que jamais, elle n'aurait pensé que son métier qu'elle avait tant aimé la mènerait à ce geste.   

Cet après-midi, enseignants et directeurs des écoles de Seine-Saint-Denis vont donc manifester à Bobigny, mais aussi partout en France. Il s'agira, en premier lieu, de rendre hommage à Christine Renon. Et au-delà, d'exprimer ce profond "mal-être" ressenti par tout une profession.

Les autres titres de l'actualité

Le prestataire de l'hypermarché Casino d'Angers, qui emploie des salariées chargées d'accueillir les clients à leur passage en caisse le dimanche après-midi, a été assigné en justice par l'inspection du travail, qui considère que ces salariées y étaient "illégalement employées".

Sur décision de l'OMC, hier, de très nombreux produits européens importés aux Etats-Unis vont prochainement faire les frais de la querelle entre Washington et Bruxelles sur les subventions accordées à l'avionneur européen Airbus.   

Sylvie Goulard n'est pas parvenue hier à convaincre les eurodéputés, qui lui ont réclamé des clarifications supplémentaires, avant de statuer sur sa candidature à la Commission européenne. Un revers, aussi, pour la présidente du futur exécutif européen, Ursula von der Leyen, dont l'équipe peine décidément à convaincre les eurodéputés.    

En Irak, la police a de nouveau tiré ce matin sur des manifestants réunis à Bagdad, au troisième jour d'un mouvement de contestation qui conspue dirigeants véreux et Etat, incapable de pourvoir la jeunesse en emplois.   

L'invitée politique de la rédaction : Barbara Pompili, députée La République En Marche et présidente de la commission du développement durable à l’Assemblée nationale.

Écouter
6 min
Barbara Pompili : "On ne peut certainement pas dire aux habitants de Rouen qu’ils ne risquent rien."
 Barbara Pompili, députée La République En Marche de la Somme, à l'Assemblée nationale le 3 octobre 2019
Barbara Pompili, députée La République En Marche de la Somme, à l'Assemblée nationale le 3 octobre 2019 Crédits : Nathalie Lopes - Radio France
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......