LE DIRECT
Des anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale assistent aux commémorations marquant le 75e anniversaire du débarquement allié en Normandie.

La fin des illusions

24 min

La France célèbre le 75e anniversaire du Débarquement allié sur les plages de Normandie, en présence de la Première ministre britannique démissionnaire Theresa May et du président américain Donald Trump, dont les décisions unilatérales éprouvent ses alliés européens.

Des anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale assistent aux commémorations marquant le 75e anniversaire du débarquement allié en Normandie.
Des anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale assistent aux commémorations marquant le 75e anniversaire du débarquement allié en Normandie. Crédits : MANDEL NGAN - AFP

C'était il y a 75 ans. Le 6 juin 1944, à l'aube, l'Histoire (avec un grand H) débarquait sur les plages de Normandie. Et à l'heure de célébrer ce 75eme anniversaire, eh bien une question se pose : l'évènement marquerait-il, aujourd'hui, la fin des illusions ? A tout le moins, ces cérémonies du Débarquement, symbole pourtant de l'unité des Alliés, auront sans doute du mal à masquer, derrière les hommages et les sourires, les évolutions parfois hasardeuses de l'Histoire. Quand l'ancien allié britannique est aujourd'hui sur le point de claquer la porte de l'Europe, le sauveur américain est lui représenté aujourd'hui par un président chantre de l'unilatéralisme et du nationalisme. Ou quand la réunion, ce matin, de la dizaine de chefs d'Etat, de gouvernement et de têtes couronnées sur les plages normandes, pour la photo de famille officielle, avait décidément quelque chose de surréaliste.   

La première cérémonie de cette longue journée de commémorations a eu lieu en début de matinée à Ver-sur-Mer. Theresa May y a posé la première pierre d'un mémorial britannique, en présence d'Emmanuel Macron. Le président français qui a rejoint, ensuite, Colleville-sur-Mer pour une deuxième cérémonie, cette fois-ci au cimetière américain, avec son homologue Donald Trump.

Les autres titres de l'actualité

Fiat Chrysler a retiré dans la nuit sa proposition de fusion avec Renault.  Le constructeur italo-américain fait porter la responsabilité de cet échec à l'Etat français, actionnaire de la marque au losange. 

Le groupe pharmaceutique Pfizer a-t-il volontairement renoncé à des recherches sur un médicament capable de réduire les risques d’Alzheimer ? C'est ce que laisse entendre le quotidien américain Washington Post.

Au Danemark, les sociaux-démocrates ont remporté des législatives marquées par une poussée écologiste, mais aussi l'effondrement des populistes anti-immigration. En revanche, le morcellement du paysage politique pourrait contraindre les sociaux démocrates à nouer des alliances pour assurer la stabilité de l'exécutif. 

Manque d'effectifs, surcharge de travail, fermetures de lits : le malaise est profond aux urgences où les arrêts maladie chez le personnel se multiplient. Une cinquantaine de services des urgences sont en grève depuis trois mois. Une manifestation est prévue à Paris ce jeudi.

L'invité politique de la rédaction : Caroline Rose, députée européenne Europe Ecologie Les Verts

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......