LE DIRECT
Manifestation à Marseille contre la réforme des retraites

Et de quatre !

25 min

Et de quatre : la France s'apprête à vivre aujourd'hui une quatrième journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites, à l'appel de plusieurs syndicats, dans un bras de fer avec l'exécutif qui dure depuis plus d'un mois et dont semblent étrangement exclus les partis d'opposition.

Manifestation à Marseille contre la réforme des retraites
Manifestation à Marseille contre la réforme des retraites Crédits : CHRISTOPHE SIMON - AFP

Si selon la formule consacrée, "il faut savoir terminer une grève", à l'évidence, pour les opposants à la réforme des retraites, lesquels gardent encore en mémoire l'intégralité de la citation, "dès que la satisfaction a été obtenue", le compte n'y est toujours pas. Et c'est ainsi qu'au 36ème jour du mouvement, ce jeudi marque également la 4ème journée interprofessionnelle de grève et de manifestations. Une journée test, évidemment, pour les syndicats, qui espèrent relancer la mobilisation, à l'heure où, à en croire le dernier sondage Odoxa, 57% des Français interrogés appelleraient, désormais, à cesser le mouvement de grève. Tous les regards seront, donc, portés sur l'ampleur de la mobilisation. Depuis le 5 décembre dernier, premier jour du mouvement, où selon le ministère de l'Intérieur 800.000 avaient battu le pavé, et même 1,8 million selon la CGT, jamais un tel score n'a pu être égalé.

Sur le fond, l'intersyndicale campe toujours sur sa position de retrait pur et simple du texte. De son côté, l'exécutif, lui, espère encore amadouer la CFDT, favorable au principe d'un système "universel" par points, mais braquée sur l'âge pivot à 64 ans. Ou dit autrement, le bras de fer continue d'opposer l'exécutif et les syndicats. En revanche, les partis d'opposition, eux, semblent étrangement et assez largement absents du débat.

Les autres titres de l'actualité

En Australie, les autorités essaient de convaincre les habitants de fuir des incendies qui risquent d'être attisés dans les prochains jours par une nouvelle vague de chaleur.

Un incendie serait-il à l'origine du crash du Boeing 737 hier, à Téhéran, qui a provoqué la mort de 176 personnes, majoritairement irano-canadiennes ?  C'est ce qui pourrait ressortir des premiers éléments de l'enquête. Seule certitude, il semble que l'appareil avait fait demi-tour après constaté un "problème" à bord.  

Le président américain Donald Trump a finalement joué, hier, la carte de l'apaisement, après les tirs de missiles iraniens sur des bases abritant des soldats américains en Irak, éloignant pour l'heure le spectre d'une escalade, même si la tension reste palpable et de nombreuses questions en suspens.   

Comme chaque jeudi, jusqu'aux élections municipales, nous dressons les enjeux d'une ville : aujourd'hui, direction Bordeaux. Invité de la rédaction à ce sujet : Vincent Tiberj, professeur des universités et délégué de recherche de Sciences Po Bordeaux.

Écouter
7 min
Municipales à Bordeaux : les analyses de Frédéric Says et du sociologue du politique Vincent Tiberj
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......