LE DIRECT
Les chefs d'Etat et de gouvernement des 27 pays membres de l'UE réunis en sommet à Sibiu, en Roumanie

Un sommet européen pour quoi faire ?

24 min

Les chefs d'Etat et de gouvernement européens se réunissent aujourd'hui lors d'un sommet informel, qui devra essentiellement fixer les grandes orientations et permettre de poser les premiers jalons de la course aux présidences des grandes instances de l'UE.

Les chefs d'Etat et de gouvernement des 27 pays membres de l'UE réunis en sommet à Sibiu, en Roumanie
Les chefs d'Etat et de gouvernement des 27 pays membres de l'UE réunis en sommet à Sibiu, en Roumanie Crédits : LUDOVIC MARIN - AFP

Parce qu'il avait été imaginé, à l'origine, comme un réengagement des 27 États membres en faveur de l'Europe après le départ du Royaume-Uni, lequel départ prévu le 29 mars dernier n'a toujours pas eu lieu, le sommet informel des chefs d'Etat et de gouvernement européens organisé aujourd'hui en Roumanie ne devrait avoir qu'une portée limitée. Un rendez-vous essentiellement symbolique, en réalité, censé marquer l'anniversaire de la déclaration prononcée par un certain Robert Schuman en faveur de la création de la CECA, ancêtre de l'UE, et où chacun devrait soigneusement éviter les sujets qui fâchent, à deux semaines seulement des élections européennes. Sans compter que dans cette union qui, chaque jour un peu plus, ressemble à un vieux mariage sans amour, marqué par les divisions de plus en plus assumées, il ne sera sans doute pas aisé de faire émerger des thèmes consensuels à même d'attester d'une véritable unité autre que de façade. En réalité, tout l'intérêt de ce rendez-vous pourrait davantage ressortir des discussions informelles qu'auront les dirigeants européens autour de l'agenda stratégique des cinq prochaines années à venir. Et puis il sera également l'occasion d'ouvrir le bal des prétendants aux grands postes clés de l'exécutif de l'UE qui seront à pourvoir cette année. 

Les autres titres de l'actualité

La Commission européenne envisagerait de réduire drastiquement le fond européen d'assistance aux plus démunis. Ce que dénonce, ce matin, l'association "Restos du Cœur", laquelle demande à ce que le droit à l'alimentation soit reconnu dans le socle européen des droits sociaux.   

Invité de la rédaction : Sébastien Maillard, directeur de l’Institut Jacques Delors.

Face aux accusations d'opportunisme, Nathalie Loiseau, tête de liste LREM pour les européennes, a défendu ce matin les propositions écologiques au cœur de son programme et fait valoir, en la matière, l'action d'Emmanuel Macron lui-même.  

Les syndicats bien décidés à faire entendre à nouveau leur voix. Dans un front uni, ils appellent à une journée de grève pour dénoncer la réforme de la Fonction publique.   

Au Venezuela, la répression du régime Maduro contre les auteurs de la tentative de soulèvement se poursuit. Après l'arrestation du vice-président de l'Assemblée nationale, trois nouveaux députés ont été inculpés hier de haute trahison, conspiration et rébellion civile.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......