LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'essayiste polémiste et putatif candidat à l'élection présidentielle Eric Zemmour

Le CSA demande de considérer Éric Zemmour comme "un acteur du débat politique national"

24 min

Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel réclame aux médias de décompter désormais les prises de parole du polémiste et putatif candidat à la présidentielle Éric Zemmour.

L'essayiste polémiste et putatif candidat à l'élection présidentielle Eric Zemmour
L'essayiste polémiste et putatif candidat à l'élection présidentielle Eric Zemmour Crédits : JOEL SAGET - AFP

Depuis quelques temps, il semble omniprésent. Quelle conversation, dans la sphère publique et privée, ne connaît pas en effet aujourd'hui son quart d'heure zemmourien ? Au point qu'hier le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel a tranché : "Tant par ses prises de position et ses actions que par les commentaires auxquels elles donnent lieu, Éric Zemmour doit dorénavant être considéré comme un acteur du débat politique national". Et ce faisant, le CSA demande donc désormais de décompter les interventions radio-télévisées du putatif candidat à l'élection présidentielle dont le temps de parole (à défaut d'appartenance à un parti politique) devra être considéré par les diffuseurs comme étant ... divers droite. Ou dit autrement, l'homme ne serait plus seulement un polémiste. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Et, d'ailleurs, la Cour d'appel de Paris a elle-même jugé, hier, qu'il n'y avait pas lieu de le condamner pour sa violente diatribe contre l'islam et l'immigration, prononcée en 2019 et largement dénoncée à l'époque dans la classe politique. Non, le chroniqueur poursuivi pour injure et provocation à la haine, condamné en première instance pour ces propos à 10 000 euros d'amende a été hier relaxé.  Comme attendu, l'avocat d'Éric Zemmour a aussitôt salué "une immense victoire" quand, à l'inverse, les associations antiracistes se disent estomaquées par cette décision qui, selon elles, autorise tous les excès racistes. Rappelons que récemment son discours décomplexé sur les immigrés "colonisateurs" a notamment conduit Jordan Bardella à faire sienne la "théorie du grand remplacement" qu'il récusait jusqu'ici. S'agissant, en revanche, de la décision du CSA, le chroniqueur de CNews se montre là nettement moins enthousiaste : "Le CSA prend désormais le relais des juges. Je ne me tairai pas", a-t-il notamment riposté hier soir sur son fil Twitter.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les autres titres de l'actualité

Depuis le début de la crise sanitaire, la précarité s'installe un peu partout.  L'avertissement est signé du Secours populaire qui publie aujourd’hui son quinzième baromètre annuel sur la pauvreté en France.   

La contraception sera désormais gratuite pour les femmes jusqu'à 25 ans, et non plus réservée aux jeunes filles mineures. Annonce faite ce matin par le ministre de la santé Olivier Véran.   

L'abandon de la loi Grand âge a déçu les professionnels de la dépendance, qui espéraient une refondation d'un secteur en première ligne pendant la crise du Covid-19 et qui se prépare à l'arrivée dans les cinq ans d'une nouvelle vague de personnes dépendantes. 

Invité aujourd'hui de la rédaction : Dominique Libault, ancien directeur de la Sécurité sociale et auteur du rapport sur le financement du grand âge.  

Écouter
4 min
Dominique Libault : "Les éléments n’étaient pas remplis pour faire une grande loi. Honnêtement s’il y avait eu une loi, elle aurait été décevante."

La France a prévenu aujourd'hui le Royaume-Uni qu'elle n'accepterait ni "chantage financier" ni entorse au droit international dans la lutte bilatérale contre l'immigration clandestine, alors que Londres menace désormais de renvoyer les bateaux de migrants vers les côtes françaises.

Au Maroc, le parti islamiste à la tête du gouvernement depuis une décennie a subi une spectaculaire déroute, hier, au profit de partis libéraux considérés comme proches du palais royal.  

Un symbole majeur du passé esclavagiste des Etats-Unis a été déboulonné en Virginie.

En Chine où l’un de fleurons de l’immobilier, criblé de dettes, est au bord de la faillite.

Intervenants
  • Directeur de l'École nationale supérieure de la Sécurité sociale (EN3S) et ancien directeur de la Sécurité sociale (2002-2012).
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......