LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Une bannière de protestation exigeant que le président Trump cesse de nier la science concernant la pandémie de Covid et le changement climatique. Bannière devant le siège de la Convention nationale républicaine le 24 août 2020, à Washington.

Nouvelle polémique sur la gestion désastreuse de la crise sanitaire aux Etats-Unis

24 min

Mis en cause pour avoir minimisé la menace du Covid-19 dont il était pleinement conscient, le président américain Donald Trump a assuré, ce matin, avoir voulu "éviter toute panique".

Une bannière de protestation exigeant que le président Trump cesse de nier la science concernant la pandémie de Covid et le changement climatique. Bannière devant le siège de la Convention nationale républicaine le 24 août 2020, à Washington.
Une bannière de protestation exigeant que le président Trump cesse de nier la science concernant la pandémie de Covid et le changement climatique. Bannière devant le siège de la Convention nationale républicaine le 24 août 2020, à Washington. Crédits : Jemal Countess / Getty images - AFP

"Ecoeurant", voilà comment le candidat démocrate à la présidentielle américaine, Joe Biden, a réagi aussitôt après la publication d'extraits du nouveau livre à paraître du journaliste Bob Woodward. Extraits dans lesquels on apprend que Donald Trump a, donc, volontairement minimisé la menace représentée par le virus, sans rien ignorer de sa dangerosité, pour éviter la panique et ne pas déstabiliser l'économie du pays. Dans cet ouvrage, lequel s'appuie sur une vingtaine d'interviews accordées entre décembre 2019 et juillet 2020, on peut notamment lire ceci : le 7 février, le président américain expliquait au journaliste combien le Covid-19 était (je cite) "un truc mortel". Et pourtant, c'est bien le même Donald Trump qui, pressé de relancer l'économie à quelques mois de l'élection présidentielle, n'aura de cesse, par la suite, non seulement de répéter que le virus n'est pas plus dangereux qu'une grippe saisonnière, mais aussi de nier publiquement les avertissements des scientifiques. Cette affaire pose plusieurs questions, notamment celle de savoir pourquoi dans une situation de vie et de mort, Bob Woodward a-t-il attendu le mois de septembre pour publier cet entretien réalisé sept mois plus tôt ? Et puis, bien sûr, elle éclaire sous un nouveau jour la gestion calamiteuse de l'épidémie qui a fait, rappelons-le, plus de 190 000 morts aux Etats-Unis.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les autres titres de l'actualité

C’est un rapport qui, tous les deux ans, vient nous rappeler l’ampleur dramatique de la perte de biodiversité. Celui du Fonds mondial pour la nature WWF. On y apprend, notamment, ce matin que les populations de vertébrés ont chuté de près de 70 % en moins de cinquante ans.  

Nous irons également en Grèce où l'aide tente tant bien que mal de s'organiser après les incendies du camp de réfugiés sur l'île de Lesbos.   

Le président Emmanuel Macron est en Corse, aujourd'hui, pour un sommet des chefs d'État de gouvernement des pays méditerranéens de l'UE. L'occasion aussi de s'entretenir avec s'entretenir avec les élus de l'île de beauté.   

Enfin quand une poignée d'entreprises mondiales et de riches actionnaires réalisent des bénéfices exceptionnels pendant la crise du Covid-19. C'est ce que dénonce aujourd'hui l'ONG Oxfam dans un rapport sur le partage des richesses au sein des grandes entreprises mondiales pendant la crise. Invité de la rédaction dans une vingtaine de minutes : Quentin Parrinello, porte-parole d'Oxfam France.

Écouter
5 min
Quentin Parrinello : "L'Etat doit conditionner les aides publiques pour transformer en profondeur le modèle économique des grandes entreprises ."
 Quentin Parrinello, porte-parole d'Oxfam France, le 10 septembre 2020.
Quentin Parrinello, porte-parole d'Oxfam France, le 10 septembre 2020. Crédits : Nathalie Lopes - Radio France
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......