LE DIRECT
Manifestation de dockers en colère à Marseille

Sixième journée de grève interprofessionnelle contre les retraites

25 min

Après six semaines de conflit, les syndicats opposés à la réforme des retraites appellent aujourd'hui à une nouvelle journée de manifestations. Un test pour la suite du mouvement.

Manifestation de dockers en colère à Marseille
Manifestation de dockers en colère à Marseille Crédits : GERARD JULIEN - AFP

Combien sont-ils à espérer, encore, voir le gouvernement battre en retraite ? Voilà donc posée La question à laquelle sont à nouveau appelés à répondre dans la rue, aujourd'hui, et pour la sixième fois, les opposants au projet de loi du gouvernement. Or, évidemment, au lendemain de la déclaration sans appel du Premier ministre, soucieux de rappeler à tous ceux qui ne l'auraient pas tout à fait mesuré sa détermination "totale" à "aller jusqu'au bout", cette journée aura rarement eu autant valeur de test pour la suite du mouvement. Sans compter que dans les transports publics, en particulier, jusque-là fers de lance de la contestation la mobilisation tend désormais à s'essouffler. Hier, un conducteur sur cinq seulement était en grève à la SNCF, le groupe ferroviaire qui prévoit un trafic "quasi normal" aujourd'hui pour les TGV, ainsi que 8 TER sur 10 et trois Transilien sur quatre en circulation.  Ou dit autrement, à l'heure où le mouvement entre dans sa septième semaine consécutive, tout l'enjeu pour les syndicats contestataires sera de faire la preuve de leur capacité à rassembler au-delà des mécontentements exprimés par les seuls cheminots.

Et c'est ainsi, par exemple, que pour relancer le mouvement, la CGT a réussi a lancé dans la bataille les dockers, avec des opérations de blocage dans les sept grands plus grands ports maritimes, dont ce lui du Havre, fief de l'ancien député-maire de la ville et Premier ministre, Edouard Philippe.

Les autres titres de l'actualité

A quelques jours de l'échéance, lundi prochain, les premières épreuves de contrôle continu du nouveau baccalauréat se retrouvent aujourd'hui menacées par un appel au boycott de syndicats d'enseignants, qui demandent leur report et dénoncent une réforme mal préparée.    

Le Sénat étudie, aujourd'hui, une proposition de loi sur le lieu de naissance inscrit à l'état civil.

Invité de la rédaction : Christophe Bouillon, député socialiste de Seine-Maritime.

La cour d'appel de Paris a annulé, ce matin, la garde à vue de Murielle Bolle en 1984, dans l'enquête sur la mort de Grégory Villemin dans les Vosges. L'an dernier, la Cour de cassation avait ouvert la voie à cette annulation, estimant que la garde à vue de l'adolescente avait été effectuée en application de dispositions "inconstitutionnelles".  

Nouveau gouvernement et réforme constitutionnelle en Russie. Au lendemain de ses annonces inattendues, tout le monde semble s'accorder aujourd'hui sur l'idée que Vladimir Poutine prépare son avenir politique, en jetant les bases d'un pouvoir à vie.   

D'intenses combats ont eu lieu, cette nuit, entre les forces du régime syrien et des combattants pro-jihadistes, dans la province d'Idleb, semblant ainsi enterrer la trêve parrainée par Moscou et par Ankara.

Invité de la rédaction 

Christophe Bouillon, député socialiste de Seine-Maritime et président de l'Association des petites villes de France.

Écouter
8 min
Christophe Bouillon : "Le lieu de vie sur l'acte civil, c'est plus que symbolique"

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......