LE DIRECT
Le président français Emmanuel Macron (g) et la chancelière allemande Angela Merkel (d)

L'éternel désamour du couple franco-allemand

25 min

Quand Angela Merkel reconnaît avoir "une relation conflictuelle" avec Emmanuel Macron, le président français, lui, dit assumer "la confrontation féconde" avec la chancelière allemande.

Le président français Emmanuel Macron (g) et la chancelière allemande Angela Merkel (d)
Le président français Emmanuel Macron (g) et la chancelière allemande Angela Merkel (d) Crédits : OLIVIER HOSLET / POOL / AFP - AFP

Si après le Brexit, la question se posait déjà de savoir de quoi l'Union Européenne est-elle encore le nom, les déclarations dans la presse, hier, de la chancelière allemande semblent bel et bien témoigner de la difficulté manifeste, aujourd'hui, à retrouver le caractère à la fois reconnu et désiré d'un idéal européen. Ou quand le contrat de société imaginé par les pères fondateurs de l'Europe, davantage qu'à un véritable contrat de mariage, ressemble de plus en plus à une forme de concubinage, sans obligation de fidélité. Alors c'est vrai qu'en reconnaissant avoir des “confrontations” avec Emmanuel Macron, Angela Merkel ne révèle, au fond, rien qui ne soit déjà connu. On remarquera, toutefois, que celle qui, 24 heures seulement après l'entrée à l'Elysée d'Emmanuel Macron, avait accueilli le nouveau président chez elle à Berlin par ces mots : «Au début de toute chose il y a un charme», a visiblement revu depuis son jugement. Et par ailleurs, quand bien même des divergences étaient clairement apparues ces dernières semaines entre Paris et Berlin, la vraie nouveauté, vient de ce que nous sommes, à présent, en pleine campagne électorale pour les européennes.   En d'autres termes et sans exagérer la portée de ces déclarations qui ne font qu'acter une forme de désamour récurrent dans le couple franco-allemand, celles-ci n'en restent pas moins importantes dans la mesure où elles mettent l'accent sur les enjeux du scrutin à venir, au-delà du simple renouvellement au Parlement européen.

Les autres titres de l'actualité

Au lendemain de l'interdiction faite aux réseaux de télécommunication américains de se fournir en équipements auprès de sociétés étrangères jugées à risque, à commencer par l'opérateur chinois Huawei, Pékin met à nouveau en garde ce matin les Etats-Unis contre "une atteinte" aux relations commerciales.

Les actionnaires majoritaires du groupe sucrier allemand Südzucker ont fermé la porte, hier soir, à une cession des sucreries vouées à la fermeture de sa filiale française Saint-Louis sucre.  

Le taux de chômage au 1er trimestre est en recul de 0,1 point en France, à 8,7% de la population active , soit son plus bas niveau depuis début 2009.

Les autorités péruviennes vont limiter l'accès des touristes à deux temples et une pyramide de la cité inca de Machu Picchu, pour éviter qu'ils ne se dégradent davantage sous l'effet du tourisme de masse.

L'invité politique de la rédaction : Pierre-Henri Dumont, député Les Républicains du Pas-de-Calais.

Pierre-Henri Dumont, député Les Républicains du Pas-de-Calais, le 16 mai 2019.
Pierre-Henri Dumont, député Les Républicains du Pas-de-Calais, le 16 mai 2019. Crédits : Nathalie Lopes - Radio France
Intervenants
À venir dans ... secondes ...par......