LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un homme au micro au sommet d'une sculpture de la charrette de Mohamed Bouazizi (portant un texte en arabe : "Je ne pardonne pas") sur la place qui porte son nom dans le centre de la ville de Sidi Bouzid, dans le centre de la Tunisie. Le 17 déc 2020.

Tunisie : à Sidi Bouzid, dix ans après la mort de Mohamed Bouazizi

25 min

Cette ville marginalisée est devenue il y a dix ans jour pour jour le berceau d'une révolution (du Jasmin) qui allait se propager pour donner naissance aux fameux Printemps arabes.

Un homme au micro au sommet d'une sculpture de la charrette de Mohamed Bouazizi (portant un texte en arabe : "Je ne pardonne pas") sur la place qui porte son nom dans le centre de la ville de Sidi Bouzid, dans le centre de la Tunisie. Le 17 déc 2020.
Un homme au micro au sommet d'une sculpture de la charrette de Mohamed Bouazizi (portant un texte en arabe : "Je ne pardonne pas") sur la place qui porte son nom dans le centre de la ville de Sidi Bouzid, dans le centre de la Tunisie. Le 17 déc 2020. Crédits : Fethi Belaid - AFP

De l'effondrement de régimes dictatoriaux, considérés comme indéboulonnables, jusqu'à la montée puis la chute d'un "califat" djihadiste, le Moyen-Orient aura vécu la deuxième décennie du XXIe siècle au rythme d'un séisme géopolitique et de ses répliques, référencé aujourd'hui dans les livres d'histoire sous le nom de "Printemps arabe". Autant de soulèvements inédits, aux résultats disparates, le plus souvent décevants, et inspirés par une première Révolution, celle dite du jasmin, en Tunisie. Or c'est aujourd'hui, justement, la date anniversaire de l'acte désespéré d'un jeune homme, dont le sort tragique libèrera une rage jamais vue au point d'insuffler un puissant souffle de liberté à travers toute la région. Le 17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi, jeune vendeur ambulant, excédé notamment par le harcèlement policier dans son pays, allait s'immoler par le feu devant le gouvernorat de la petite ville défavorisée de Sidi Bouzid.  

Notre envoyée spéciale, Valérie Crova s'est justement rendue, là, où tout a commencé, dans cette petite bourgade qui a vu naître le Printemps arabe, avant de devenir le berceau ébréché de la révolution. Car sur place, l’heure est depuis longtemps au désenchantement. Même si la démocratie s’est, certes, installée, la situation économique est telle aujourd'hui que les Tunisiens n’ont plus d’espoirs. Au point, d'ailleurs, que les commémorations d’aujourd’hui ont pris l’allure de manifestations contre le pouvoir. 

Les autres titres

Près de six ans après l'électrochoc des attentats de janvier 2015, et au terme d'un procès historique, la cour d'assises spéciale de Paris a prononcé hier un verdict "mesuré" pour les complices des attaques. Et pour en parler avec nous, invité de la rédaction aujourd'hui : Virginie Sansico, historienne et chercheure au Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales.  

Écouter
6 min
Virginie Sansico : "Les juges ont su prendre de la distance avec les enjeux symboliques du procès très présents pendant les audiences."
Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Comme prévu, le Parlement a définitivement adopté, ce matin, le budget 2021 et ses vertigineuses dépenses d'urgence et de relance face à la crise sanitaire. 

Enfin, conformément aux mesures sanitaires, lui, va s'isoler pendant sept jours. Lui, c'est Emmanuel Macron, le président de la République a été testé positif à la Covid-19.

Intervenants
  • Historienne, rattachée au laboratoire Histoire-territoires-mémoire de l’université de Caen et au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP) de l’université de Saint-Quentin en Yvelines.
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......